Le Furor Poetico

Publié dans Artistes résidents juniors

en résidence depuis juillet 2021

Biographie

Le Furor Poetico, c’est une compagnie qui mélange ses arts et ses artistes. Une compagnie dont la parole n’a de cesse d’explorer des voies nouvelles sur une scène, jusqu’à ne plus pouvoir distinguer les frontières entre les arts. 

Le Furor Poetico, c’est un œil et une oreille qui aiment se placer comme étranger devant sa matière qu’il explore. C’est un cœur et des poumons qui battent pour créer un univers personnel entre son, image et mouvement. Et enfin, c’est un instinct qui ne cesse de chercher, sans vouloir de réponses.

La musique est au cœur de cet instinct, mais l’aborder comme si on la rencontrait par d’autres arts ou rencontrer d’autres arts par la musique est le point de départ nourricier de la démarche artistique de cette compagnie. 

Les artistes du Furor Poetico sont à la fois créateurs, interprètes et explorateurs des arts. Ils bénéficient du soutien de la compagnie Le Balcon et de Futurs Composés. Depuis juillet 2021, ils sont devenus artistes-résidents juniors de la Fondation Singer-Polignac. Après la création d’un opéra sur La Machine Infernale de Jean Cocteau avec l’aide du CRR de Paris, de la MSH Paris-Nord et du CROUS de Paris, Le Furor Poetico se professionnalise avec l’écriture totale d’un spectacle appelé Ceci est un adieu au langage.


Lili Gomond direction artistique

Née en 1999, Lili GOMOND débute le saxhorn à 7 ans et se promet de donner à son instrument méconnu une place au-devant de la scène. Elle est diplômée du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris en 2017. Une double opération pulmonaire fera l’objet d’une remise en question instrumentale, musicale et artistique importante en 2016. Elle réapprendra complètement à jouer, ne disposant d’aucunes sensations. Ce réapprentissage la conduira à construire son rapport à la scène et à la création. Elle prend conscience du statut de créateur et interprète qu’elle souhaite développer et élargir à une approche pluridisciplinaire et non uniquement musicale. Elle se nourrit du théâtre, de la danse, du cirque, des arts plastiques, de la vidéo pour créer son monde artistique de façon autodidacte. 

En 2019, elle réalise un rêve avec le soutien de Xavier Delette, directeur du CRR : créer un Opéra à partir du texte de la Machine Infernale de Jean Cocteau. En collaboration avec le compositeur Giancarlo Stafetti, elle met en scène et joue dans ce spectacle conçu pour le quatuor de saxhorn Mêkhanê, percussions,5 chanteurs et un chœur ainsi qu’un travail avec une plasticienne au plateau, la création de masques et marionnettes. Sa mise en scène fait l’objet d’un regard bienveillant de la part d’Armelle Heliot dans Le Figaro (5 mai 2019). 

Elle créé à cette occasion sa compagnie, Le Furor Poetico pour développer sa quête d’ « art total ». Elle écrit depuis juin 2019 son spectacle [Ceci est un adieu au langage] dont elle imagine la dramaturgie, la mise en scène, la scénographie et la chorégraphie. Elle collabore avec les membres de la compagnie pour réinventer les interactions entre la musique, ses interprètes et appréhender différemment la place sur une scène. La compagnie Le Furor Poetico vient d’intégrer la Fondation Singer-Polignac comme artiste- résident et est parrainée par la compagnie Le Balcon. 

Elle participe à l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence dans le cadre d’ « Opéra De-Ci De- Là » en juin 2021. Elle participe aux créations d’Eve Risser, Sol Léna-Schroll et Clément Merienne dans le cadre de L’Autre Festival à Chalon-sur-Saône également en juin 2021. Elle travaille avec la compagnie Théâtre Déplié d’Adrien Béal pour une série de représentations du spectacle Les pièces manquantes au Théâtre de la Tempête. Elle travaille à nouveau avec eux en décembre 2020, pour l’enregistrement de la musique originale de leur création Toute la vérité diffusée au T2G en février 2021. Parallèlement, Lili travaille avec l’Orchestre de spectacle du Nouveau Théâtre de Montreuil dans les spectacles L’œil et L’Oreille et Femme Capital. Elle collabore également avec le Marching Band Paris Project dirigé par Frederic Nauzyciel pour le projet Rituel Post-Modern