Les dernières années de Claude Debussy

Publié dans Conférences lettres & arts

Raoul Dufy (1877-1953)
Hommage à Debussy, 1952
huile sur toile, 46 x 55 cm
MuMa Le Havre

Rencontre musicale conçue et présentée par Benoît Duteurtre

Programme

Claude Debussy (1862-1918)

  • Sonate pour violon et piano en sol mineur (1917)
    • Allegro vivo
    • Intermède (Fantasque et léger)
    • Finale (très animé)
  • Sonate pour flûte, alto et harpe en fa majeur (1915)
    • Pastorale
    • Interlude (Tempo di minuetto)
    • Finale
  • Études pour piano (1915)
    • Livre II
    • Pour les agréments
    • Pour les arpèges composés
    • Les sixtes
    • Les octaves
  • Épigraphes antiques pour piano à quatre mains
  • En blanc et noir pour deux pianos (1915)
    • Avec emportement
    • Lent. Sombre
Interprètes

Biographies

B DuteurtreBenoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est né à Sainte-Adresse, près du Havre. Il a grandi non loin des écrivains qu'il aime : Flaubert, Maupassant ou Alphonse Allais. Passionné de musique, il a d'abord gagné sa vie en jouant du piano.

Son premier texte est paru dans la revue Minuit en 1982. De Tout doit disparaître (1992) à Gaieté parisienne en passant par Drôle de temps et Les Malentendus, ses romans racontent avec humour la France contemporaine. En 2001, il obtient le Prix Médicis pour Le Voyage en France. Ses livres plus récents s'aventurent parfois aux frontières du réel : Service clientèle, La Cité heureuse et La Petite fille et la cigarette (2005), ont été traduits dans plus de vingt langues. Les Pieds dans l'eau (2008), puis Ballets Roses (2009), explorent une veine plus autobiographique. La plupart de ces ouvrages sont parus chez Gallimard ou chez Fayard.

Voici quelques lignes qui présentent son dernier opus Livre pour adultes (2016) :

« Ce livre est inspiré par la mort de ma mère, qui croyait à la joie de vivre. J'y dépeins aussi les transformations d'un village de montagne, quelques vieilles dames extraordinaires et les péripéties d'une journaliste dans la société contemporaine. Beaucoup de femmes dans ces histoires ; beaucoup de questions sur la naissance et sur le déclin.
La disparition de nos proches souligne cette double réalité de l'âge adulte : tandis que nous courons à l'abîme, le monde où nous avons grandi s'efface lui aussi. Ces réflexions traversent un roman très libre, tour à tour comique et mélancolique. L'autobiographie s'y conjugue à l'essai et à la fiction pour cerner notre destin – et les joies qui éclairent cette fatalité. 
»

Benoît Duteurtre écrit régulièrement dans Marianne, Le Figaro Littéraire, L'Atelier du Roman. Ses chroniques ont été rassemblées dans Ma Belle Epoque (2007). Il a suscité une vive polémique par son essai Requiem pour une avant-garde (1995), avant de fonder avec Marcel Landowski l'association Musique Nouvelle en Liberté qui soutient les jeunes compositeurs. On lui doit également une histoire de L'opérette en France et des documentaires pour la télévision. Depuis dix ans, il anime sur France Musique une émission au succès jamais démenti : Étonnez-moi Benoît.

Au théâtre, Benoît Duteurtre est l'auteur de Viva l'opéra comique qui a connu un vif succès salle Favart en 2004. Il a également signé l'adaptation de Véronique présentée en 2008 au Châtelet. Une nouvelle édition de L'Opérette en France est parue chez Fayard fin 2009.


Mathilde CalderiniMathilde Calderini flûte

Jeune flûtiste talentueuse, Mathilde CALDERINI a remporté, en 2013, le premier Ppix du prestigieux concours international de flûte de Kobe au Japon. Elle s'était déjà distinguée lors du concours international de flûte Maxence Larrieu en obtenant le prix du meilleur jeune espoir. De plus, en 2012, elle est nommée révélation classique de l'Adami. 

Mathilde CALDERINI a étudié la flûte auprès de Claude LEFEBVRE au CRR de Paris, puis auprès de Sophie CHERRIER et Vincent LUCAS au CNSM de Paris. Elle s'est ensuite perfectionnée à la Royal Academy of Music de Londres auprès de William BENNETT et Samuel COLES. C'est sous les conseils de Paul MEYER et Eric LESAGE que Mathilde CALDERINI a développé sa passion pour la musique de chambre et ceci au sein de plusieurs formations, de la sonate au sextuor.

Elle est ainsi membre de l’ensemble Ouranos, quintette à vents à géométrie variable, actuellement en résidence à la Fondation Singer-Polignac.

Née en France, Mathilde mène une carrière à travers l’Europe et l’Asie. Ces deux dernières saisons, Mathilde fût ainsi invitée à jouer en soliste en Asie, avec le Tokyo Ensemble (dir. Chang Kook Kim) au Kioi Hall et au Saitama Hall de Tokyo, avec le Kobe City Chamber Orchestra au Bunka Hall de Kobe, en tournée en Corée avec le Bucheon Philharmonic Orchestra, en Turquie, avec le Bursa State Symphony Orchestra (dir. Fawzi Haimor), mais aussi en France, à la Grange au Lac avec l’Orchestre des Pays de Savoie sous la direction de Nicolas Chalvin, avec l’ensemble Nouvelles portées sous la direction de Victor Jacob ou encore avec le Sécession Orchestra sous la direction de Clément Mao-Takacs.

En 2015, Mathilde se produit aussi en récital et en musique de chambre au festival Radio France de Montpellier, à Musique à l’Empéri, au festival de Deauville, au festival de Pâques d’Aix-en-Provence, aux Flâneries musicales de Reims, aux Rencontres musicales de Calenzana, au Festival Classic à Guéthary et joue ainsi aux côtés de Renaud Capuçon, Katia et Marielle Labèque, Paul Meyer, Edgar Moreau, Gérard Caussé, Aurèle Marthan, Guillaume Bellom, Jérôme Pernoo, Denis Pascal, Léa Hennino...

Mathilde est soutenue par la bourse de la vocation du prix des neiges et par la bourse du Clos Vougeot.


Omer Bouchez francois sechetx600Omer Bouchez violon

Omer Bouchez commence ses études musicales dès 5 ans au Conservatoire Régional d’Annecy, et c'est à 6 ans qu’il choisit le violon. Suivi dès ses débuts par une famille de mélomanes et par des professeurs passionnés (Johnny Zefferini, puis Nathalie Geoffray‐Canavesio), il développe très jeune une personnalité de musicien ainsi qu’une réelle affection pour les chefs d’œuvre de la musique de chambre.

Tout jeune premier prix du concours de l’UFAM, il participe à l’âge de 15 ans à une grande tournée européenne avec l’orchestre français des jeunes. Il est ensuite lauréat du concours Flame jeunes solistes à Paris.

Plus tard, étudiant au CNSMD de Lyon dans la classe de Marianne Piketty, il fait la rencontre du violoniste et grand pédagogue uruguayen Mauricio Fuks, puis du pianiste Alfred Brendel. Véritables inspirations, tout deux sont déterminants dans le parcours du musicien, l’encouragent et le décident à partir étudier à l'Académie de musique Hanns Eisler de Berlin. Il y continuera sa formation de violoniste avec Stephan Picard et les membres du quatuor Artemis.

C'est en 2008 qu'il rejoint le quatuor Hermès, un des plus brillants ensembles français actuels, et s'y consacre aujourd'hui avec passion.


Chang Jean Claude CaptLou Chang alto

L’altiste taïwanaise Lou Yung-Hsin Chang entame sa formation musicale à l’âge de cinq ans. Elle découvre ensuite l’alto vers douze ans et est immédiatement attirée par son timbre chaleureux et pratiquement humain. Après quelques années seulement, elle est acceptée à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Lyon dans la classe de Tasso Adamopoulos. Elle en sort diplômée en 2009 avec les félicitations du jury. Elle poursuit ensuite ses études « Konzertexamen » à l’université des arts de Berlin, sous la direction de Hartmut Rohde.

Fascinée par la musique de chambre depuis son plus jeune âge, elle fonde la quatuor Hermès avec trois collègues en 2008 et reçoit des conseils inestimables de la part du quatuor Ravel, du quatuor Ysaÿe, du quatuor Artemis, d’Eberhard Feltz, d’Alfred Brendel et de bien d’autres. Après avoir remporté de multiples prix, y compris le premier prix du concours de Genève et les Young Concert Artists à New York, le Quatuor Hermès apparaît régulièrement sur les plus grandes scènes internationales. Depuis décembre 2014, elle se perfectionne à la Chapelle musicale Reine Élisabeth, sous la direction de Miguel da Silva. Lou Chang joue sur un alto de Carles Jacquot (Paris) prêté par un collectionneur privé.


Coline Jaget 2Coline Jaget harpe

Coline Jaget commence la harpe à l'âge de 5 ans auprès de sa mère, Helvia Briggen, harpiste solo de l’orchestre Philharmonique de Nice. Elle entre  au conservatoire à rayonnement régional de Nice en 2003 à l’âge de 11 ans, dans la classe de Michèle Vuillaume et y obtient son Diplôme d’études musicales en juin 2009, mention très bien à l’unanimité avec félicitations du jury. L’année suivante, elle obtient son baccalauréat littéraire mention très bien et entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en 2010 dans la classe d’Isabelle Moretti, et y obtient un master 2 mention très bien à l’unanimité en juin 2015.

En 2008, Coline obtient le 3e prix du concours international de Rabun Gap, USA. En 2010, le 1er prix du concours international Martine Géliot à Paris, ainsi que le prix spécial d’interprétation de l’œuvre de Tournier. En 2011, le prix d’interprétation de l’œuvre contemporaine imposée du concours international de la Cité des Arts, à Paris. En 2013, elle participe au USA Harp Competition à Bloomington. En 2014, elle est 1ère lauréate du concours international Lily Laskine. En 2015, elle obtient le prix André Hoffman pour la meilleure interprétation de l’œuvre d’Ivan Fedele aux Sommets Musicaux de Gstaad.

Coline a donné nombreux récitals, en solo, en musique de chambre ou avec orchestre notamment pour le festival de Pâques de Deauville aux côtés du quatuor Girard, avec Philippe Bernold dans le concerto pour flûte et harpe de Mozart avec l'orchestre de Douai, ou encore lors d'une tournée en Chine dans les plus grandes salles internationales. Elle a joué avec l’orchestre de l'Opéra de Paris , l'orchestre philharmonique de Nice, l’orchestre des Siècles, l’orchestre les Dissonances, l’orchestre national de Lille ou l’orchestre philharmonique de Monte Carlo. En Août 2015, elle part en tournée en Europe au sein du Gustav Malher Jugendorchester, sous la baguette d'Herbert Blomstedt.

Titulaire du diplôme d'État de harpe, coline est professeur à l’école de musique Prizma à Boulogne-Billancourt et anime également des ateliers d’éveil musical dans l’école maternelle Bouvines, au sein de l’association ABC Bouvines,  depuis 2011.

 Coline est également très curieuse des autres arts comme la danse, le théâtre (qu’elle a pratiqué 3 ans avec Annette Barthélémy, ancienne assistante à la mise en scène à la Comédie Française) ou la photographie. Elle aimerait dynamiser l’image de la harpe et promouvoir son magnifique répertoire au cœur de spectacles vivants, mêlant ainsi tous ses centres d'intérêts à la musique, et s'ouvrir à d'autres publics et d'autres cultures.


GBellom2017 PatriceChreyerGuillaume Bellom piano

Né en 1992, Guillaume Bellom, débute simultanément, à l’âge de six ans, l’étude du piano et celle du violon au Conservatoire à rayonnement régional de Besançon. Il y obtient en 2008 ses prix de piano, de violon et de musique de chambre.

En 2009, il est admis à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de piano de Nicholas Angelich et Romano Pallottini et suit également les enseignements de Frank Braley, Marie-Françoise Bucquet, Dominique Merlet, Leon Fleisher ou encore Jean-Claude Pennetier. Reçu en 2011 à l’unanimité au concours d’entrée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de violon de Roland Daugareil, il obtiendra sa licence de violon en 2014. Son doctorat de piano, obtenu en 2016 dans la classe d’Hortense Cartier-Bresson oriente définitivement sa carrière musicale vers le piano.

Guillaume s’est produit en récital ou en soliste au Festival de Pâques ainsi qu’à l’Août Musical de Deauville, ainsi qu'aux festivals des Arcs, S ommets musicaux de Gstaad,  claviers de Bel-Air à Chambéry, au Palazzetto Bru Zane, à Pianos aux Jacobins, au théâtre des Champs-Elysées dans le Carnaval des Animaux, aux journées Ravel de Montfort l’Amaury, au festival Orgue en ville de Besançon, au Printemps Musical de Saint-Côme, au Printemps musical des Alizés à Essaouira et aux Vacances de Monsieur Haydn à la Roche-Posay.

Guillaume Bellom est lauréat de la fondation L’Or du Rhin, il remporte en 2015 le 1er prix du concours international de piano D’Épinal, en interprétant en finale le concerto de Schumann avec l’orchestre national de Lorraine sous la direction de Jacques Mercier. La même année, il est finaliste du concours Clara Haskil et se distingue en obtenant le prix « Modern Times » qui récompense la meilleure interprétation de l’œuvre contemporaine. En 2016, il remporte le Prix Thierry Scherz des Sommets musicaux de Gstaad.

Guillaume va prochainement interpréter le 1er Concerto de Tchaïkovski avec l’orchestre national de Lorraine, le double concerto de Poulenc avec Ismaël Margain et l’orchestre national d’Ile-de France et sera aussi l’invité du Festival de Pâques de Deauville,  du Centre de musique de chambre de Paris salle Cortot, de la New York University d’Abu Dhabi, du Festival d'Eygalières, du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du Printemps des Arts de Monte-Carlo...

Guillaume Bellom a enregistré deux disques à quatre mains avec le pianiste Ismaël Margain sous le label Aparté, l'un consacré aux œuvres de Schubert (ffff), l’autre à Mozart. Un album avec le violoncelliste Yan Levionnois paraîtra en 2017. Son premier album solo Schubert / Debussy est à paraître au printemps sous le label Claves Records.

Guillaume Bellom est en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.


G. Vincent 1Guillaume Vincent piano

Guillaume Vincent est né en 1991 à Annecy. Il commence à étudier le piano à l’âge de 7 ans et donne ses premiers récitals solo et ses premiers concertos avec orchestre dès l’âge de 10 ans. A 13 ans il entre au Conservatoire National Supérieur de Paris pour en sortir à 18 ans avec un Master de piano et à 19 ans avec un diplôme de 3ème cycle d’Artiste-interprète.

Prix Drouet-Bourgois en 2006, Premier Prix au concours de Leipzig « Young Concerts Artists » en 2008, Prix de l’Académie Ravel et Prix des Mélomanes de la Côté Sud à Saint-Jean de Luz en 2009, Troisième Grand Prix au concours Marguerite Long – Jacques Thibaud, Prix de la SACEM, Prix de la Fondation Lacroix et Prix de l’Orchestre National de France en 2009, Premier Prix « Jeunes » du concours Adelia Alieva en 2010 et Premier Prix « Professionnels » en 2016, Révélation classique de l’ADAMI en 2010, Prix Jeunes Talents en 2011, Prix de la Fondation Safran pour la Musique en 2012, lauréat 2013 de la Fondation d’entreprise de la Banque Populaire, il est nommé en 2014 Révélation Soliste Instrumental aux Victoires de la Musique Classique.

Il s’est produit en soliste sur les scènes les plus prestigieuses comme le Suntory Hall àTokyo, le Barbican Hall à Londres, le Carnegie Hall à New York, le Théâtre des Champs-Elysées, la Salle Pleyel, la Salle Gaveau à Paris, le Palace of Arts à Budapest, le Qatar Opera House à Doha, le Simón Bolívar Hall à Caracas, le Grand Théâtre de Tianjin, le Concert Hall de la Plantation à Pékin, l’Opéra de Téhéran… En outre, il multiplie les collaborations avec des orchestres tels que l’Orchestre de la Radio de Francfort, l’Orchestre philharmonique de Budapest, l’Ensemble orchestral de Kanazawa, l’Orchestre philharmonique de Kanagawa, l’Orchestre National de Bordeaux, l’Orchestre Lamoureux, l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, le BBC Symphony Orchestra, l’Orchestre philharmonique du Qatar, l’Orchestre symphonique Simón Bolívar, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre de l’Alliance… Il a pu ainsi travailler avec des chefs tels que Marc Minkowski, Tugan Sokhiev, Seikyo Kim, Fayçal Karoui, Olari Elts, Joshua Dos Santos, Joshua Weilerstein, Mihhail Gerts, Pejman Memarzadeh.

Parmi ses partenaires de musique de chambre, on peut citer Augustin Dumay, Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Alexandra Soumm, Deborah Nemtanu, Antoine Tamestit, Lise Berthaud, Adrien Lamarca, Edgar Moreau, Yan Levionnois, Bruno Philippe, Virgil Boutellis, Jean-François Heisser, David Kadouch, Jonas Vitaud, Adam Laloum, Ismaël Margain, Guillaume Bellom, Paul Meyer, Michel Lethiec, Sabine Devieilhe, Caroline Casadesus, les quatuors Ardeo, Zaïde, Varèse, Hermès et Arod, l’Ensemble Initium et le choeur Aedes.

Il est régulièrement invité par de nombreux festivals en France tels le Lille Pianos Festival, le Festival Piano aux Jacobins à Toulouse, le Festival Chopin à Paris, le Festival Pianos en Valois à Angoulême, le Festival Piano en Saintonge, le Festival de Pâques et l’Août musical à Deauville, le Festival International Piano Classique à Biarritz, le Festival les Grands Crus Musicaux et l’Esprit du Piano à Bordeaux, le Printemps musical de Saint-Cosme, le Nohant Festival Chopin, la Folle Journée de Nantes, la Roque d’Anthéron, le Festival de Pont-Croix, les Musicales Fauré, le Festival Ré Majeure, etc.

Son premier disque, consacré aux Préludes de Rachmaninov, est paru en novembre 2012 chez Naïve.

Le CD Warner Classics réalisé avec Camille et Julie Berthollet est Disque d’or 2015.
Un deuxième CD Warner Classics avec Camille et Julie Berthollet est paru en octobre 2016 ainsi qu’un CD réalisé avec le violoniste Virgil Boutellis-Taft, « Entre Orient et Occident », sous le label Evidence Classics.