Baudelairiana

Publié dans Concerts de saison

Georges Lacombe (1868-1916)
Mer jaune (détail)
1893-1894, peinture à l'oeuf sur toile, 60,7 x 81,5 cm
Brest, Musée des Beaux-Arts

la musique souvent me prend comme une mer !

Programme

Claude Debussy (1862-1918)

  • Nocturnes (1897-99)
    • Nuages*

Richard Wagner (1813-1883)

  • Wesendonck-Lieder** sur des poèmes de Mathilde Wesendonck
    • Der Engel
    • Stehe still !
    • Im Treibhaus - Studie zu Tristan und Isolde
    • Schmerzen
    • Träume - Studie zu Tristan und Isolde ***
  • Tristan und Isolde WWV 90
    • Vorspiel und Liebestod*

Claude Debussy

  • La Mer* (1903-05)
    • De l’aube à midi sur la mer
    • Jeux de vagues
    • Dialogue du vent et de la mer

*arrangement pour orchestre de chambre par Clément Mao – Takacs

**orchestration originale de Clément Mao – Takacs

*** orchestration originale de Richard Wagner

Interprètes
  • Marie-Laure Garnier soprano
  • Secession Orchestra
    • Julie Huguet, Tristan Bronchart flûte
    • Quentin d'Haussy hautbois
    • Victor Grindel cor anglais
    • Joe Christophe, Maxime Jaouen clarinette
    • Jérémie Da Conceicao, Vivian Angelloz basson
    • Julien Desplanque, Mickael Ourliac cor
    • Marc Calentier, Simon Douguet trompette
    • Romain Durand trombone
    • Frédéric Marillier tuba
    • Vincent Buffin, Jehanne Drai harpe
    • César Carcopino, Virgile Quilliot, Virgile Herbepin percussions
    • Jacques Comby célesta
    • Mila Tsankova, Karen Jeauffreau, Alexandre Pascal, Marie Friez violon
    • François Martigné, Marina Capstick alto
    • Ella Jarrige, Alexis Derouin violoncelle
    • Alexandre Baile, Pierre Raphaël Halter contrebasse
  • Clément Mao-Takacs direction

© FSP JFT

Biographies

Marie-Laure Garnier soprano

Nommée Révélation classique de l’Adami en 2013, Marie-Laure Garnier débute son parcours artistique par la flûte traversière, le piano, l’orgue et la percussion en Guyane. Elle poursuit ses études au Conservatoire de région de Paris puis entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en 2009 dans la classe de chant de Malcolm Walker. Elle bénéficie également de l’enseignement d’Anne Le Bozec, Susan Manoff, Jeff Cohen, Stephan Genz, Claire Désert et Ami Flammer, et travaille avec Olivier Reboul et Karolos Zouganelis. En 2016, elle obtient le diplôme d’Artiste interprète ainsi qu’un Master de musique de chambre.

Marie-Laure Garnier est lauréate du Concours international de chant de Mâcon en 2014, et de la Fondation Cziffra en 2015. Elle remporte le Prix de la mélodie française du Concours Nadia et Lili Boulanger en 2017 aux côtés de la pianiste Célia Oneto Bensaid avec qui elle forme le Duo Nitescence .

Marie-Laure est invitée à donner des récitals en France notamment au Théâtre des Champs Élysées, à la Philharmonie de Paris, à la Maison de la Radio, au Petit Palais, aux Invalides, aux Théâtre des Bouffes du Nord ainsi que dans des festivals tels les Folles journées de Nantes, La Chaise Dieu, Anglet et le Festival des  Voix Romanes. À l’étranger, on l’entend au Palazzo Contarini Polignac à Venise, à l’Orangerie du Manoir de Skebo en Suède, à la Schumann Haus en Allemagne, ou encore au Théâtre du Bolchoï à Moscou. Elle incarne les rôles de La Cantatrice dans Reigen de Boesmans, Tosca dans l’œuvre de Puccini, Gerhilde dans La Walkyrie de Wagner. Elle chantera le rôle d’Ygraine dans Ariane et Barbe Bleue de Dukas en avril 2019 au Capitole de Toulouse.

Marie-Laure a créé des œuvres contemporaines composées par Giacinto Scelsi, Nicolas Bacri, Benoît Menut, Fabien Touchard et Camille Pépin.

Outre son amour de la scène, Marie-Laure Garnier s’attache à la transmission et utilise le chant comme vecteur de lien social. Elle intervient dans des établissements scolaires en partenariat avec le programme de la Philharmonie de Paris. Elle a par ailleurs fondé un chœur de Gospel avec lequel elle propose des concerts caritatifs.

Marie-Laure Garnier bénéficie de la Bourse Jeunes Talents 2018 attribuée par la société Colas. Elle a été nommée  « Jeune Talent d’Outremer 2018 ».


Clément Mao-Takacs direction

Clément Mao-Takacs est l'une des étoiles montantes de la nouvelle génération de chefs d'orchestre.

Diplômé du CNSMDP ainsi que de l'Accademia Chigiana de Sienne, il est lauréat du Festival de Bayreuth et a reçu le Prix "Jeune Talent" 2008 décerné par la Fondation del Duca (Institut de France / Académie des Beaux-Arts). En 2013, il est le premier chef d’orchestre à devenir lauréat de la Fondation Cziffra.

Sa carrière de chef d’orchestre commence très jeune puisqu’à l’âge de 15 ans, il dirige son premier concert à la Salle Gaveau (Paris). Il devient l’assistant de Janos Komives (Opéra National de Budapest, 2002 ; enregistrements et concerts en France 2002-2005) puis du directeur musical de l’Opéra de Rome, Gianluigi Gelmetti (2003-2008) ; parallèlement, il reprend en France la direction de l’orchestre Sérénade 2004-2010.

Depuis les années 2010, il a été le chef invité de Norwegian  Radio  Orchestra,  Stavanger  Symphony,  Oslo  Philharmonic,  Odense  Symphony,  Orchestre  des  Pays  de  La  Loire,  Orchestre  Symphonique  de  Bretagne,  Festival  Orchestra  of  Sofia,  Avanti!  Chamber  Orchestra  Finland,  ICE  Ensemble  New  York  et  Bit  20  Bergen, la Camerata Strumentale « Città di Prato », les orchestres du CNSMDP, le Festival Orchestra de Sofia, les ensembles Aquilon et Initium,...  Il  a  fait  ses  débuts  avec  l’Orchestre  de  Paris  en  mai  2018,  dirigeant  cinq  concerts  au  pied  levé.

En 2011, il crée Secession Orchestra, qu’il dirige artistiquement et musicalement.

Sa maîtrise technique, sa connaissance étendue du répertoire et son exigence sont unanimement reconnues et appréciées aussi bien dans la musique classique que contemporaine : il est le dédicataire et le créateur de nombreuses pièces (Bargielski, Ballereau, Komives, Feldman, Sikorski, Svensson, Letouvet, Adams, Saariaho, Tarnanen, Stubbe-Tejbjaerg, Motsch, Mu-Xuan Lin, Vincze, Ashton, Lang, Sciarrino, Koskinen…). Spécialiste de la musique de Kaija Saariaho, il a dirigé les créations de la version de chambre de La Passion de Simone aux festivals Melos-Ethos (Slovaquie), Codes (Pologne), Njord Biennale (Copenhague), Saint-Denis ainsi qu’à La Comédie - Scène Nationale de Clermont-Ferrand (France), à Bergen (Norvège), à New-York (USA).

Il a dirigé la pièce iconique Lichtbogen et la création danoise du concerto Notes on Light et a également donné à plusieurs reprises de nombreuses pièces de la compositrice (Festival Novalis, BOZAR Opening Night, FIAF) ; en 2017, il a créé lors du festival Présences (Radio-France) la version de chambre de Quatre Instants, qui lui est dédié. Il prépare un enregistrement de ces œuvres avec Secession Orchestra.

Le répertoire lyrique est important pour cet amoureux de la littérature et de l’art dramatique, qui conçoit l’opéra comme le lieu d’intenses collaborations. Sa rencontre avec Peter Sellars est déterminante et il entretient des liens d’amitiés avec plusieurs acteurs et metteurs en scènes (Olivier Py, Charles Berling, Michel Fau, Brigitte Fossey, Antoine Duléry, Julie Depardieu…) aux univers variés au premier rang desquels il faut citer Aleksi Barrière avec lequel il a créé et codirige la compagnie La Chambre aux échos.

Il a enregistré la pièce Adieu de Stockhausen (Crystal Classics), ainsi que le disque Timpani consacré à Jacques Ibert qui a reçu 5 « Diapasons » par le magazine homonyme.

Il poursuit aussi une carrière de pianiste, soliste et chambriste. Partenaire de nombreux instrumentistes et artistes lyriques, il vient de terminer la tournée Rising Star dans les plus grandes salles d’Europe avec la soprano Omo Bello.

Également compositeur, il écrit principalement pour la voix comme pour l’orchestre ; il réalise également de nombreuses orchestrations et arrangements.

Il possède un DEA de littérature comparée, achève deux doctorats en arts du spectacle et littérature comparée, et publie régulièrement textes et articles.

Il est également conseiller artistique pour plusieurs festivals ; il fonde et dirige notamment deux festivals, l’un en Bretagne (TERRAQUE) et l’autre à Paris (Intervalles).


Secession Orchestra

Secession Orchestra est une formation d’élite à géométrie variable, composée d’une soixantaine de musiciens.

Placé sous la direction musicale et artistique de Clément Mao - Takacs, cet orchestre au répertoire large (de Monteverdi à Saariaho) privilégie le répertoire des 20ème et 21ème siècles. Bien que s’inscrivant tout particulièrement dans l’héritage de la Neue Musik (Liszt, Wagner) et dans la constellation de la Sécession viennoise (Mahler, Schönberg, Berg, Webern, Zemlinsky) et européenne (Debussy, Bartók, Ravel, Strauss, Kodaly, Falla, Chausson, Smetana, Dvorak, Grieg...), l’ensemble ne se prive pas d’aller à la recherche de compositeurs moins connus – tels Dett, Gagnon, Mompou, Crumb, Crawford-Seeger, Revueltas, Schulhoff – et plonge volontiers dans le passé pour livrer des interprétations radicales du répertoire romantique et classique.

Un lien très fort l’unit à la musique de son temps, puisque chaque saison voit une floraison de créations et des liens durables avec des compositeurs de notre temps parmi lesquels on peut citer Saariaho, Adams, Motsch ou Koskinen.

Ses qualités le conduisent à être sollicité par de grands festivals et salles de concerts, en France comme à l’international : Lisztomanias (Châteauroux), Tons Voisins (Albi), Centre Européen de Musique (Bougival), Chopin-Sand (Nohant), MÉTIS et Saint-Denis, Classique au Vert, Floréal (Épinal), Rencontres musicales de Calenzana (Corse), CIMA (Porto Ercole, Italie),  Opening night au BOZAR (Bruxelles), Maestri et Bambini (Montercarlo di Lucca, Italie), NOVALIS (Croatie)…

Après six saisons très riches, il s’est imposé comme l’un des jeunes ensembles les plus en vue. Multipliant les collaborations et les passerelles entre les arts, il se produit régulièrement en compagnie d’autres artistes (Thomas Hampson, Renaud Capuçon, Marion Lebègue, Edwin Fardini, Elsa Dreisig, Stéphane Degout, Jonas Vitaud, François Dumont, Jean-François Heisser…) et comédiens (Charles Berling, Didier Sandre, Antoine Duléry, Claude Jamain, Laurence Cordier, Julie Depardieu, Renan Carteaux, Brigitte Fossey, Michel Fau…). Il collabore avec la compagnie La Chambre aux échos pour les spectacles Tu ne dois pas garder la nuit en toi (musiques de Wagner et Mahler, 2013), Violences (Henze et Koskinen), Graal Théâtres et La Passion de Simone (musiques de Kaija Saariaho). 

Considérant tout acte culturel comme un acte social, il choisit de repenser la forme du concert classique à travers des programmes-concepts, et de réinventer le lien entre musiciens et publics au cœur de la cité : sa recherche de l’excellence, son attention à la transmission et sa volonté d’aller au-devant de tous les publics (du jeune public au public en situation de handicap ou souffrant de pathologies lourdes, personnes en soins palliatifs) incarnent sa démarche fondée sur l’éthique. Il est notamment en résidence à l’hôpital Bretonneau (Paris) depuis 2015.

Depuis 2014, il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac, ainsi qu’à la Fondation Royaumont depuis 2017/ Médiathèque musicale Mahler (jusqu’en 2019).

De 2014 à 2016, il a été en résidence au Festival de Saint-Denis et à la mairie du 8ème arrondissement de Paris.

Depuis sa création, l’orchestre reçoit également le soutien de son cercle de mécènes ainsi que celui de la Fondation La Poste. Il bénéficie du soutien de l’ADAMI, de la SPEDIDAM et de la DAC de Paris.