Œuvres créées chez la Princesse

Publié dans Les œuvres musicales

L'atelier de la rue Cortambert et le Salon de musique de l'avenue Henri Martin accueillaient régulièrement les premières auditions d'oeuvres de compositeurs qui souhaitaient présenter et roder leur travail devant la princesse Edmond de Polignac et son entourage, constitué de personnes influentes dans le milieu artistique et aristocratique.

Cette liste non-exhaustive se base sur les données publiées dans la biographie de Winnaretta Singer-Polignac écrite par Sylvia Kahan (Les Presses du Réel, 2018)

  • 15 février 1905 - Masques et L'île joyeuse de Claude Debussy

    • avec Ricardo Viñes au piano
  • 17 décembre 1905 - Sonatine de Maurice Ravel

    • avec Ricardo Viñes au piano

  • printemps 1906 - premier cahier d’Iberia d’Isaac Albeniz

    • avec Blanche Selva au piano (première audition française)
  • janvier 1909 - Ondine de Maurice Ravel extraite de Gaspard de la nuit

    • avec Ricardo Viñes au piano

  • 22 janvier 1916 - En blanc et noir de Claude Debussy

    • avec Walter Rummel et Thérèse Chaigneau Rummel au piano
  • 25 juin 1923 - El retablo de maese Pedro de Manuel de Falla

    • commande de Winnaretta Singer
    • Première représentation scénique privée (création en version de concert le 23 mars 1923 à Séville)
    • Ricardo Viñes et Francis Poulenc comptent parmi les marionnettistes. 
  • 10 janvier 1924 - soirée donnée en l’honneur d’Edward VIII, prince de Galles

    • Cole Porter joua des pièces qu’il avait composées pour l’occasion pour deux pianos avec Marcelle Meyer
    • La princesse elle-même a interprété une oeuvre arrangée pour orgue et jazz.
  • 14 mai 1924 - Concerto pour piano et instruments à vent d'Igor Stravinsky

    • commande du chef Serge Koussevitzky qui souhaitait que Stravinsky soit le soliste de sa propre oeuvre mais il était si stressé qu’il demanda à Winnaretta d’organiser une audition en avant-première dans son Salon de musique. Elle programma aussi l’Histoire du Soldat et l’Octuor pour instruments à vent avec notamment Jean Wiéner.
    • Stravinsky dédia sa Sonate pour piano à Winnaretta pour la remercier
  • 23 mai 1924 - Concerto pour piano de Germaine Tailleferre

    • commande de Winnaretta Singer
    • donné au Salon de musique dans une version arrangée pour deux pianos, avec la compositrice au piano accompagnée de Jean Wiéner.
  • novembre 1924 - Concerto franco-américain de Jean Wiéner

    • commande de Winnaretta Singer
  • 9 juin 1925 - Sonate pour piano d'Igor Stravinsky

    • dédiée à Winnaretta Singer
    • Pianiste : Stravinsky
  • 9 juin 1925 - version pour deux pianos de son Concerto pour piano et instruments à vent

    • Pianistes : Stravinsky et Wiéner
  • 29 mai 1927 - Oedipus Rex d'Igor Stravinsky

    • à la veille de la première au Théâtre Sarah-Bernhardt sous l’égide des Ballets russes
    • avec le compositeur et Serge Prokofiev au piano
  • 31 décembre 1931 - Concerto en sol de Maurice Ravel

    • première audition privée
    • dans une version réduite pour deux pianos avec Francis Poulenc et Jacques Février
  • 15 juin 1932 - Les Jeux de l’amour et du hasard pour deux pianos de Henri Sauguet

    • commande de Winnaretta Singer
  • 7 décembre 1932 - Duo concertant d'Igor Stravinsky pour violon et piano

    • avec Samuel Dushkin au violon et le compositeur au piano
    • première audition parisienne avant le concert à la Salle Pleyel le lendemain.

  • 23 mai 1933 - Septuor de Gavriil Popov

    • concert en souvenir d’Anna de Noailles
    • première audition parisienne
  • 9 juin 1933 - Hymnes d’Igor Markevitch

    • commande de Winnaretta Singer
  • 12 mars 1937 - Ouverture pour orchestre de Germaine Tailleferre

    • commande de Winnaretta Singer
  • 12 mars 1937 - Concerto n°1 pour piano et orchestre de Henri Sauguet

    • Clara Haskil au piano
  • 30 juin 1938 - Le Diable boiteux de Jean Françaix

    • commande de Winnaretta Singer
  • 16 décembre 1938 - Concerto pour orgue, cordes et timbales de Francis Poulenc

    • commande de Winnaretta Singer
    • avec Maurice Duruflé à l’orgue (le Cavaillé-Coll de l'atelier Cortambert)