À partir de 1900

Publié dans Le mécénat

De ses débuts à la Belle Époque, jusqu’à son abrupte interruption avec la Seconde Guerre mondiale, le salon Polignac continua à se développer brillamment pendant quarante-cinq ans pour devenir l’un des plus influents salons de l’histoire de la musique. Ensemble, le Prince et la princesse favorisèrent l’épanouissement de l’activité artistique. Leurs soirées musicales, qui devinrent régulières, étaient inspirées de celles que donnait l’amie de longue date de Winnaretta, Marguerite Baugnies, qui en 1892 avait épousé le sculpteur René de Saint-Marceaux. La jeune Colette décrira, de nombreuses années plus tard, la chaleureuse atmosphère des “Mercredis” de Mme de Saint-Marceaux et Proust évoque l’ambiance du 3, rue Cortambert dans À la Recherche du temps perdu.
Au fur et à mesure que la réputation musicale du salon du 3 rue Cortambert grandit, le public se transforma aussi. Beaucoup d’artistes de talent dont la princesse avait fait la connaissance dans le salon des Saint-Marceaux, devinrent les habitués du sien : Debussy, Ravel, d’Indy, Chausson, Colette et son mari Henry Gauthier-Villars (“Willy”), le poète Pierre Loüys et les peintres John Singer Sargent et Claude Monet.
    En 1900, le couple acheta un palais magnifique du quinzième siècle, de style lombard, surplombant le Grand Canal. Il devait aussi y recevoir nombre d’amis compositeurs et musiciens.