Lettre de Ernest Ansermet à la Princesse de Polignac n°13

Publié dans Lettre

Genève, 3 février (1931)

51 Ch. de la Roseraie

Chère Madame,

Je dois, hélas, revenir vous entretenir de mes concerts des 20 et 24 février aux Champs-Elysées. Je les ai entrepris avec l’assurance d’une part de Mme Victoria Ocampo, d’autre part de Melle Chanel, qu’elles en garantiraient la réalisation financière. Or Mme Ocampo m’a bien envoyé la somme qu’elle m’avait promise, mais Melle Chanel ne répond pas à mes rappels et je me trouve de ce fait dans une situation extrêmement critique. Il faut que je trouve une somme de 30 à 50. 000 francs à très bref délai pour faire face aux engagements que j’ai pris. Est-ce que vous consentiriez à m’aider à réaliser cette somme ?

Je puis ajouter que je ne tirerai aucun profit matériel quelconque de ces concerts. En voici en gros les données:

orchestre                50. 000

choeurs                  20. 000

salle, matériel      15. 000

publicité                 35. 000

cachet Stravinsky 25. 000

         dépenses  145.000

recettes possibles 152. 000 -

Théoriquement ils pourraient se solder. Pratiquement on peut prévoir un déficit de 50 à 70. 000 -

Et d’autre part, je dois fournir près de 100. 000 francs d’avance.

Comme vous vous intéressez sans doute à ce qu’on puisse donner à Paris la Symphonie des Psaumes, ainsi que les 4 Etudes et le Capriccio, je me permets de vous prier de me venir en aide, me trouvant abandonné par l’une de mes commanditaires au moment de la réalisation du projet.

Dans l’espoir de votre réponse, je vous prie de croire, chère Madame, à mes sentiments respectueux et dévoués,

E. Ansermet.