Nature, amour

Publié dans Concerts de saison

Hubert Robert (1733–1808)
Fête de nuit donnée par la Reine au Comte du Nord à Trianon
ca 1782/1783, huile sur panneau de bois, 78,5 × 92,5cm avec cadre
Musée des beaux-arts de Quimper

Note d'intention

Qui n’a pas un jour souhaité que la saison des amours dure toujours ? Explosion pour les sens, saison baroque par excellence, l’arrivée du printemps est célébrée dans le monde entier et s’anime chez les compositeurs d’une effusion de sentiments aussi colorés que la nature en fleurs.

C’est à travers l’oeuvre de G.F. Haendel que Les Ombres vous invitent à fêter ce réveil de la nature. Ce compositeur de génie qui dédia sa vie à l’opéra explore avec une inventivité et une précision redoutable les diverses passions de l’âme. Amor è qual vento tiré de l’opéra Orlando, et la cantate romaine virtuose Delirio amoroso prouvent que l’exaltation des sens figure parmi les thèmes favoris du compositeur. Quant à  L’Allegro, il Penseroso, ed il Moderato, ode pastorale en anglais adaptée des poèmes allégoriques de John Milton unique par sa forme, elle explore les trois facettes de la nature humaine. Tantôt gai, tantôt méditatif, le héros cherche le juste équilibre entre ces deux pôles. Orchestrateur hors pair, Haendel forme autour du timbre léger de la soprano un décor charmant et bucolique aux doux sons des bois et des cordes.

Invitée spéciale de cette création, la soprano Samantha Louis-Jean, interprète d’exception, nous donne l’occasion de parcourir tout l’éventail des émotions humaines, essence même de la musique baroque. 

Programme

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)

Le réveil de la nature

  • Concerto Grosso opus 3 n°3 en sol majeur HWV 314
    • Largo e staccato, Allegro, Adagio, Allegro
  • L’allegro, il Penseroso ed il Moderato
    • « Oft on a plat of rising ground »
    • « Sweet bird, that shuns't the noise of folly »
  • Amarilli vezzosa HWV 82
    • Sonata : Allegro
  • Myrth, admit me of thy crew

Le délire amoureux

  • Concerto Grosso opus 6 n°5 en ré majeur HWV 323
    • Larghetto e staccato
    • Allegro
    • Largo
    • Allegro
  • Il pastor fido HWV 8a
    • « Occhi belli, voi sol siete »
    • « Caro amor, sol per momenti »
  • Orlando HWV 31
    • Act 3 : « Amor è qual vento »
  • Il delirio amoroso « Da quel giorno fatale » HWV 99
    • Sonata
    • « Da quel giorno fatale »
    • « Un pensiero voli in ciel »
    • « Ma fermati pensier »
    • « Per te lasciai la luce »
Interprètes

Biographies

Margaux Blanchard credits Jean Baptiste Millox300tMargaux Blanchard direction artistique

La violiste Margaux Blanchard développe sa personnalité artistique dès sa plus tendre enfance. Sa famille, tournée vers le spectacle vivant, l’initie à la danse et au théâtre. C’est son grand-père, journaliste d’un grand quotidien, qui l’inscrit à la maîtrise de Paris. Dès l’âge de huit ans, elle prend ainsi ses marques sur scène au sein du pupitre de soprano lors de divers productions d’opéra, parcourant un large répertoire allant de la polyphonie renaissance à la création contemporaine. Sensible au courant musical « impressionniste » du début du siècle, elle lui trouve une correspondance avec la variété harmonique de la musique baroque.

Elle se forme d’abord à ce répertoire lors de ses études pianistiques, mais c’est au contact d’un instrument à cordes qu'elle trouve sa voie. Elle intègre à l’âge de onze ans la classe de viole de gambe du CRR de Paris où elle obtiendra ses médailles. Désireuse de découvrir une nouvelle approche de la pédagogie, elle poursuit ses études supérieures en Suisse à la Schola Cantorum de Bâle dans la classe de Paolo Pandolfo. Diplômée à l’âge de vingt-quatre ans, elle se perfectionne en tant que soliste auprès de Jérôme Hantaï et Jordi Savall. Passionnée de musique de chambre, elle fonde en 2006 l’ensemble Les Ombres qu’elle co-dirige avec Sylvain Sartre. Ce collectif de musiciens talentueux, fidèle à l’interprétation historiquement informée, redonne vie aux chefs d’oeuvre de Couperin, Telemann, Bach et Haendel, travaux distingués de nombreuses récompenses. En 2007 elle fait la rencontre marquante du maestro al cembalo Leonardo García Alarcón, avec lequel elle se produit régulièrement au sein du continuo de la Cappella Mediterranea.

Margaux Blanchard se produit lors de nombreux festivals (Ambronay, Aix-en-Provence, La Folle Journée...) et fréquente les grandes scènes d’opéra en France et à l'international (Paris, Versailles, Lille, Amsterdam, Genève, Tokyo, New York…). On retrouve ses enregistrements chez Mirare, Alpha, Ricercar, et Ambronay Editions.


Sylvain Sartre credits Jean Baptiste Millotx300Sylvain Sartre direction artistique

Après des études de piano et de flûte traversière, Sylvain Sartre découvre la richesse des répertoires Renaissance et baroque. Charmé par la sonorité de la flûte en bois, il se forme auprès de Annie Ploquin-Rignol, Philippe Allain-Dupré puis de Marc Hantaï à la Schola Cantorum de Bâle où il obtient son master of arts in musical performance. Il travaille en tant que flûtiste auprès de chefs renommés tels que Hervé Niquet, Leonardo García Alarcón, Chiara Banchini et Jordi Savall. Passionné par la direction, il intervient auprès de nombreux chœurs et maîtrises et assume la direction artistique des Ombres avec Margaux Blanchard. Depuis 2008, il poursuit des recherches sur des manuscrits oubliés du répertoire français du 18e siècle, travaux récompensés par la Fondation de France. En parallèle, Sylvain Sartre dirige le projet de Centre culturel de rencontre du Château de l'Esparrou (Pyrénées-Orientales)


SamanthaLouisJeanx300okSamantha Louis-Jean soprano

La soprano franco-canadienne Samantha Louis-Jean a suivi sa formation vocale à la Maîtrise de Radio-France, à l’Université de Montréal, puis auprès de Marie Daveluy et Yolande Parent. Elle débute sa carrière en chantant Euridice (L’Orfeo de Monteverdi) au Festival Montréal Baroque et Lauretta (Gianni Schicchi de Puccini) avec l’Orchestre Symphonique de Montréal.

Depuis, elle s’est produite en concert avec le Portland Trinity Consort (Weihnachtsoratorium de Bach), le Festival d’Orford (Requiem de Mozart), l’Ensemble Caprice (Magnificat de Bach), l’Ensemble Masques ou Les Violons du Roy, dans des manifestations aussi prestigieuses que le Festival d’Opéra de Québec, le Festival International de Musique Baroque de Lamèque ou la série Clavecin en Concert.

Ses rôles à l’opéra incluent Zerlina (Don Giovanni de Mozart), Barbarina (Le Nozze di Figaro), Belinda (Dido and Æneas de Purcell), Euridice (L’Orfeo de Monteverdi), Poppea (L’incoronazione di Poppea), le Marchand de rosée (Hänsel und Gretel de Humperdinck), Altisidore et une Japonaise (Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier) et Colette (Le Devin du Village de Rousseau).

En 2014, son interprétation du rôle de Vagaus dans Juditha Triumphans de Vivaldi (Ensemble Caprice) est saluée par la critique. La production remporte le Prix Opus du Concert de l’année – Musiques médiévale, de la Renaissance, baroque et classique.

En 2015, elle chante à l’académie des jeunes artistes du Festival d’Aix-en-Provence sous la direction d’Emmanuelle Haïm.

En 2015-2016, on a pu l’entendre à l’Opéra de Montpellier, au Festival des Lumières de Sorèze et aux Nuits Musicales d’Uzès dans des concerts dédiés à Händel avec l’Ensemble Les Ombres. Elle interprète également le rôle d’Elvira (L’Italiana in Algeri de Rossini) dirigée par Jean-Claude Malgoire à l’Atelier Lyrique de Tourcoing et au Théâtre des Champs-Élysées.

En automne 2016, elle entreprend une vaste tournée avec les Jeunesses Musicales Canada avec le concert Alma Innamorata proposant des œuvres de Händel et Scarlatti avec l’Ensemble Les Songes.

Elle sera Angelica dans la production d’Orlando Furioso (Vivaldi) à l’Atelier Lyrique de Tourcoing et au Théâtre des Champs-Élysées en mars et avril 2017.

Samantha Louis-Jean est lauréate du Concours International de Chant Baroque de Froville, du Concours du Prix d’Europe, de la Lyndon-Woodside Oratorio Society of New York Competition et de la Fondation Jacqueline Desmarais. Elle est boursière du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada et des Jeunesses Musicales du Canada.


PHOTOHD LESOMBRES COULEUR 2 2014 credits Nemo Perrier Stefanovitcx600Les Ombres

Guidées par l'enthousiasme, l'exigence et la variété d'un groupe d'artistes intergénérationnel, Les Ombres, co-dirigées par Sylvain Sartre et Margaux Blanchard, se distinguent dans le paysage baroque d'aujourd'hui.

C'est la diversité des rencontres qui permet aux Ombres de mener avec la même passion des projets de musique de chambre en trio, ou en quatuor, autour de Bach, Couperin, ou Telemann, aussi bien que des créations scéniques plus importantes réunissant un orchestre de chambre, des solistes, chanteurs, comédiens et danseurs autour d'oeuvres opératiques méconnues. Par soucis de cohérence avec le soin accordé à la partie musicale de leurs projets, et afin de ne pas toucher seulement un public d'initiés, Les Ombres choisissent de développer l'aspect scénique de leurs concerts afin de créer des spectacles à l' atmosphère unique, jeux de scènes, lumières, ou projections vidéos réunis et mis entièrement au service de la musique.

Pour autant, le travail des Ombres s'inscrit sans conteste dans la lignée musicale des pionniers du baroque. Fidèles à la pratique instrumentale dite « historiquement informée », les Ombres ne peuvent dissocier les travaux de recherche musicologique de leur interprétation. Formés à la Schola Cantorum Basiliensis par Marc Hantaï, Paolo Pandolfo, Jesper Christensen, ou Andrea Marcon, les musiciens des Ombres partent à la redécouverte des chefs d'oeuvres oubliés des XVIIe et XVIIIe siècles, s'attachent à leur donner un second souffle sans jamais en trahir l'écriture, et s'intéressent particulièrement au rayonnement de la musique française à travers l'Europe.

Les Ombres ont fidélisé une équipe d'artistes parmi les plus talentueux de leur génération. Parmi les solistes Chantal Santon, Mathias Vidal et Alain Buet sont complices de nombreux projets donnés sur les scènes de prestigieuses maisons d'opéra et de festivals internationaux (Folle Journée, Ambronay, Freunde Alter Musik Basel, York, Utrecht, Tokyo,...). Leurs disques sont salués par la critique : 4F (ffff) Télérama, Choc de Classica, Quobuzissime, Coup de cœur du jardin des critiques de France musique, Supersonic Pizzicatto,...

Les Ombres enregistrent pour le label Mirare (distribution Harmonia mundi).

Les Ombres sont en résidence à l'Opéra Orchestre National de Montpellier.
L'ensemble bénéficie du soutien de la Fondation Orange, de la DRAC et de la Région Occitanie.

Les Ombres sont "artiste en résidence" à la Fondation Singer-Polignac et sont membres de la FEVIS et de PROFEDIM.