Molière à l'opéra

Publié dans Les nouvelles de la résidence

Les Paladins, dirigés par Jérôme Correas, ont enregistré leur programme Molière à l'opéra pour le label Glossa, paru en octobre 2016.

 

 

"Molière et Lully forment un duo mythique : pendant plus de dix ans, « les deux Baptiste » écrivent, jouent, chantent et dansent pour le roi. A la poursuite d’un art total où le divertissement burlesque inspiré de la Commedia dell’Arte n’est pas exempt de gravité ou de rêverie, les deux complices forgent de toute pièce un nouveau genre de spectacle typiquement français où tous les arts de la scène se mêlent : théâtre, chant, danse, musique instrumentale, acrobatie, machines nous entraînent vers un imaginaire plein de fantaisie, d’audace, de liberté et de modernité.

La fameuse brouille entre Lully et Molière, dont on ne saura jamais exactement la cause, met fin à cette belle collaboration. Chacun reprend son chemin, Lully vers la tragédie lyrique, et Molière vers d’autres collaborations. Mais la rencontre de Molière avec Charpentier rend possible d’autres expériences que viennent malheureusement écourter la mort de l’acteur pendant les représentations du Malade imaginaire en 1673.

Molière est très attentif à la musique, issu lui-même d’une lignée de musiciens. Il va donc s’entourer successivement des deux plus grands compositeurs français du XVIIème siècle. L’un est Italien et ne rêve que de musique française, l’autre Français imprégné de musique italienne. Avec le premier Le Bourgeois gentilhomme, avec l’autre, Le Malade imaginaire, deux des pièces les plus célèbres du répertoire théâtral français vont voir le jour.

A côté de ces chefs d’œuvre, d’autres pièces : Le Mariage forcé, la Princesse d’Elide, l’Amour médecin, Georges Dandin, Monsieur de Pourceaugnac, Les Amants magnifiques, Le Sicilien ou Psyché forment une collection d’œuvres hybrides et surprenantes écrites sur mesures pour des artistes au fort tempérament, dont Molière et Lully eux-mêmes : dans Monsieur de Pourceaugnac, les deux médecins italiens armés de clystères poursuivent Pourceaugnac pour lui administrer un lavement ; dans le Bourgeois Gentihomme, Lully joue le Grand Muphti tandis que Molière joue Monsieur Jourdain.

Molière à l’opéra est un parcours dans l’univers musical de Molière, où règnent l’insolence et l’extravagance : on y croise des médecins, des avocats, des bergers, des turcs, des italiens, des espagnols, des animaux. On s’aime, on se bat, on discute, on monologue, on pleure et on rit. Reflet d’une époque où la vie passait vite. Carpe Diem…"

Jérôme Correas