Culture, Sport, Loisirs. L’art de l’inclusion !

Posted in Colloques Sciences & Sciences Humaines

Avant-propos

En 2007, la Déclaration de Fribourg appelait à ériger les droits culturels au rang des droits fondamentaux. Ce texte est désormais une référence en matière de promotion de la diversité culturelle. Les droits culturels ont été intronisés en France en 2015 par la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe). Malgré cette reconnaissance institutionnelle, l’utilité de la culture, du sport et des loisirs pour favoriser le vivre-ensemble, en particulier vis-à-vis des personnes en situation de grande précarité, demeure peu valorisée. De plus, ces offres restent peu accessibles. A titre d’exemple, seulement 16% de la population française est inscrite dans une bibliothèque (Ministère de la culture, 2018) ou encore 38% d’entre elle déclare se rendre au moins une fois par an à un spectacle musical et de variété (Observatoire du livre, 2015). De même, 41% des Français déclarent avoir des difficultés à s’offrir des vacances une fois par an dont 19% avec beaucoup de difficultés (Baromètre Ipsos - Secours populaire 2018). Pourtant ces pratiques peuvent aider à prévenir les menaces qui fragilisent la cohésion et les liens sociaux de notre société : pauvreté, migration, fracture numérique, radicalisation...

Face à ce constat, la Fédération des Acteurs de la Solidarité Ile-de-France (FAS-IdF) et l’association RESOLIS ont mené pendant 3 ans une enquête pour essayer d’objectiver le rôle des activités culturelles, sportives et de loisirs dans l’inclusion sociale et territoriale, en particulier pour les personnes en situation de précarité. Ces travaux se sont notamment appuyés sur les productions d’un groupe de travail de la FAS-IdF réunissant des représentants des champs social, culturel, sportif et de loisirs ainsi que des personnes accompagnées.

Comité d'organisation
  • François Brégou, directeur opérationnel en charge du pôle « Précarité & Exclusion » Aux Captifs, la Libération et référent du groupe de travail « Culture/Sport/Loisirs » de la FAS-IdF
  • Quitterie Calmettes, chargée de mission Précarité Paris de FAS-IdF et animatrice du groupe de travail « Culture/Sport/Loisirs »
  • Agnès Chamayou-Douglas, directrice programmes & développement de RESOLIS
  • Pauline Richez, présidente de l'association « Partage & Vous »
  • Sylvie Rouxel, maître de conférences en sociologie et membre du laboratoire Lise Cnam/CNRS
Partenaires


Programme

Ouverture du colloque par Pierre Corvol, administrateur de la Fondation Singer-Polignac, professeur émérite et administrateur honoraire du Collège de France et vice-président de l'association RESOLIS

Introduction par Philippe Kourilsky, président de RESOLIS, professeur émérite au Collège de France, Isabelle Medou-Marère, directrice de la Fédération des Acteurs de la Solidarité Ile-de-France et Sébastien Frutieaux, président de l'association Dignité

Présidence : François Brégou

SESSION 1 - APPROCHE SOCIÉTALE

SESSION 2 - INCLUSION DES PERSONNES EN GRANDE PRÉCARITÉ

Table ronde animée par Quitterie Calmettes, chargée de mission Précarité Paris de la Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France (FAS IdF) et animatrice du groupe de travail “Culture / Sport / Loisirs” de la FAS IdF

  • Point de vue d'une personne accueillie : Karin J., résidente au Centre d’hébergement Relais des Carrières (Pôle Rosa Luxemburg / CASVP)
  • Point de vue d'une artiste : Lou Cantor, danseuse et chorégraphe
  • Point de vue d'une intervenante sociale : Nadia Thibault, travailleuse sociale et éducatrice spécialisée à l’accueil de jour "Boutique solidarité" (Hôtel 93)
  • Point de vue d''une instance représentative publique : Etienne Pinte, président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE)

Présidence : Pauline Richez

SESSION 3 - APPROCHE POLITIQUE

SESSION 4 - COHÉSION DANS LES TERRITOIRES

Table ronde animée par Agnès Chamayou-Douglas, directrice des programmes & développement de RESOLIS

  • Point de vue d'une association : Marie Hatet, directrice adjointe de l’Association de Prévention du Site de la Villette (APSV)
  • Point de vue d'un acteur culturel : Luc Pelletier, référent accessibilité et public du champ social du Musée d'art contemporain du Val-de-Marne (MAC VAL)
  • Point de vue d'un mécène : Aurélie Martin, responsable du programme "Sport Santé Insertion" et de fondations abritées à la Fondation de France
  • Point de vue d'une collectivité territoriale : Didier Coirint, directeur de la culture de la ville de Saint-Denis

Conclusion & perspectives Soyons ensemble des artistes de l'inclusion !

  • Bruno Morel, administrateur, membre du bureau de la Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France
  • François Brégou, directeur opérationnel en charge du pôle “précarité & exclusion” aux Captifs, la Libération et référent du groupe de travail “culture/expression/sport/séjour” de la FAS IdF

Résumés de communication & vidéos

Ouverture du colloque par Pierre Corvol

haut

Introduction du colloque par Philippe Kourilsky, Isabelle Medou-Marère et Sébastien Frutieaux

haut

Les droits culturels : une conception inclusive du domaine culturel et de chacun par Patrice Meyer-Bisch

Comment passer d’un « droit à la culture » indéfinissable à des droits culturels contraignants ? La difficulté semble plus grande lorsqu’on considère le domaine culturel dans toute son ampleur, incluant toutes les formes de savoirs avec leurs pratiques : artistiques, scientifiques, sportives, techniques, éthiques, religieuses, éducationnelles, informationnelles et tout ce qui fait sens dans les modes de vie au quotidien. Pourtant, une compréhension exigeante de cette transversalité du culturel est une condition nécessaire pour répondre aux droits, libertés et responsabilités de chacune et de chacun, en particulier des personnes en situation de grande pauvreté, voire de grande violence. Les pires violations sont révélatrices de cette unité concrète de la dignité de chacun qui a droit d’aimer savoir et de savoir aimer.

haut


Plaisirs et dignité, quels enjeux dans la mise en place des initiatives culturelles, sportives et de loisirs avec et/ou pour les démunis ? par Sylvie Rouxel

Après un rappel de ce que la notion d’inclusion implique, nous verrons à partir du terrain observé, comment les projets de culture / sport / loisirs provoquent des transformations dans les pratiques et les représentations. Prendre en compte la puissance d’agir des individus rend possible ce processus inclusif sous couvert de valoriser le plaisir et le travail de co-construction. Les logiques de catégorisation seront également questionnées.

L’utilité sociale de la culture, du sport et des loisirs : principaux résultats d’une enquête de terrain sur 100 initiatives en Île-de-France par Agnès Chamayou-Douglas

L’analyse du retour d’expérience de 100 initiatives locales met en évidence le besoin de conjuguer la diffusion artistique, patrimoniale, sportive et de loisirs avec une participation accrue des personnes. L’expression culturelle et citoyenne de tous soulève des enjeux de démocratisation mais aussi de démocratie culturelle.

haut


Mobilités des publics et mobilités des dispositifs par Serge Saada

Le travail mené auprès des publics, des acteurs sociaux et des acteurs culturels au sein de l’association nationale Cultures du Cœur met en lumière la notion de parcours du spectateur. L’action sociale fait évoluer la fonction du médiateur culturel qui ne se réduit pas à un intermédiaire entre les lieux, les œuvres et les publics. La mobilité ou la fréquentation d’un établissement culturel est un élément au sein d’un cheminement plus large, où, la participation d’une personne accompagnée dépasse la simple confrontation aux œuvres et où l’accompagnement des publics ne se résume pas à une coprésence. Les acteurs sociaux font ressortir des capacités des publics à produire des discours, des manières d’appréhender une œuvre à même de déplacer et parfois même de surprendre les attentes du médiateur. C’est souvent cette mobilité physique et symbolique que nous cherchons à susciter. Les publics vivent une expérience qui permet de ne pas les réduire à leur condition ou leur besoin présumés. Les projets issus d’une concertation entre acteurs culturels et acteurs sociaux de territoire font évoluer les pratiques de chacun en créant des synergies partenariales qui font émerger des « chaines de médiation ».

haut


Les droits culturels à l'épreuve des politiques territoriales de la culture par Emmanuel Négrier

Quelle est la place de la culture dans les politiques territoriales en France ? À l’heure où les droits culturels ont fait leur entrée dans deux textes consécutifs (Loi Notre, 2015, loi LCAP, 2016), le sens qui leur est donné reste encore très contradictoire. Entre la transversalité nécessaire de ce nouveau paradigme et les contraintes sectorielles de l’action publique, on évoquera les quatre modalités d’appropriation qui ont cours, en France, pour domestiquer les droits culturels. On s’interrogera ensuite sur la recherche d’une compatibilité entre droits culturels, participation citoyenne et démocratisation. Une compatibilité tout sauf évidente tant les compromis qui sont proposés entre les trois termes résonnent, pour les contempteurs de chacun, comme une trahison plus que comme une vertu.

haut


Actions de la ville de Paris en matière d'insertion et de culture, sport et loisirs par Lotfi Ouanezar

haut


Conclusions du colloque par Bruno Morel et François Brégou

haut


Biographies

Pierre Corvol

Médecin, Professeur au Collège de France, Membre de l'Institut. Né le 18 août 1941 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Etudes : Ecole Fénelon, Lycée Condorcet, Facultés de médecine et des sciences de Paris.
Diplôme(s) : Docteur en Médecine, Diplômé d’études approfondies en biochimie.

Carrière

Interne des hôpitaux de Paris (1964), Post-Doctorant international, Chercheur au National Institute of Health à Bethesda (Etats-Unis) (1969), Chef de clinique, Assistant des hôpitaux (1971), Professeur agrégé à la faculté de médecine Broussais-Hôtel-Dieu (1976), Médecin à l’hôpital Broussais (1976), à l'hôpital Georges Pompidou (2000-07), Directeur scientifique de l’unité de pathologie vasculaire et d’endocrinologie rénale U36 à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) (1983), Professeur (chaire de médecine expérimentale) (1989-2012) puis Professeur émérite et Administrateur (2006-12) puis Administrateur honoraire (depuis 2012) du Collège de France, Membre de l’American Endocrine Society, de
l’International Society of Hypertension, du Council for High Blood Pressure Research, Correspondant puis Membre (1996) de l’Institut (Académie des sciences), Vice-président (2017-19) puis Président (depuis 2019) de l'Académie des sciences, Président de la Société française d’hypertension (1990-92), du Conseil scientifique de l'Inserm (1999-2003), de l'Ecole normale supérieure (2001-03), Membre titulaire de l'Académie nationale de médecine (depuis 2009), Membre du Conseil de l'ordre national du Mérite (depuis 2018).
Travaux : Recherche clinique en hypertension artérielle et endocrinologie rénale; biochimie et biologie moléculaire et génétique des maladies cardio-vasculaires.
Décoration(s) : Commandeur de la Légion d’honneur, Grand officier de l'ordre national du Mérite.
Distinction(s) : Grand prix Claude Bernard et Grand prix scientifique de la Ville de Paris, Grand prix Inserm (2006).

haut


Philippe Kourilsky

Biologiste issu de l'Ecole Polytechnique, Docteur ès-Sciences, il a effectué une grande partie de sa carrière au CNRS, où il a été Directeur de recherche (classe exceptionnelle). Il rejoint l'Institut Pasteur en 1972 et y dirige à partir de 1978 une unité de recherche de génie génétique financée par l’INSERM. En 1981, il co-fonde la société Transgène, l’une des premières entreprises de biotechnologies en France.

Philippe Kourilsky a exercé de nombreuses responsabilités touchant à l'administration de la recherche et aux applications de la génétique et de l'immunologie dans le secteur public, notamment au Ministère de la Recherche et dans le secteur privé en tant que Directeur des Recherches de Pasteur-Mérieux-Connaught de 1992 à 1995.

En 1998, il est nommé Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’immunologie moléculaire.

Il occupe le poste de Directeur général de l’Institut Pasteur et préside le conseil des directeurs du réseau international des Instituts Pasteur de 2000 à 2005. Il est depuis Directeur Général honoraire.

Philippe Kourilsky a présidé le Réseau d’Immunologie à Singapour depuis sa création en 2006 jusqu’en 2013. Il a publié près de 400 articles dans des revues scientifiques internationales. Il a contribué au débat public sur les problèmes posés par les recherches dans les sciences de la vie, par de nombreux articles et interventions. Il a rédigé deux rapports pour le gouvernement, l’un sur le Principe de Précaution (1999) remis au Premier Ministre, l’autre sur la problématique des maladies infectieuses dans les pays en développement (2006). Il est l’auteur de plusieurs livres pour le grand public dont « Les Artisans de l'Hérédité », « La Science en Partage », « Du bon usage du Principe de Précaution », « Le temps de l’altruisme » et « Le manifeste de l’altruisme » aux Editions Odile Jacob.

Il est Rédacteur en Chef de la revue électronique FACTS Reports, lancée en 2007 avec le soutien de l’Institut Veolia Environnement.

Il fonde l'association RESOLIS en 2010.

Il est membre de l'Institut (Académie des Sciences), de l'Academia Europea et de l’EMBO. Il a reçu plusieurs prix : Prix international d'Immunopathologie (1986), Prix Lacassagne du Collège de France (1990), Prix International de la recherche en sciences médicales (2000). Il est Docteur Honoris Causa de l'Université de La Sapienza (Rome) (2001), de L’Université du Québec (2005) et de l’Université de Londres (2013).

Philipe Kourilsky est Commandeur dans l’Ordre National du Mérite et Commandeur de la Légion d'Honneur.

haut


Isabelle Medou-Marère

N.C

haut


Sébastien Frutieaux

N.C

haut


Patrice Meyer-Bisch

Le philosophe Patrice Meyer-Bisch mène des recherches d’observation/action dans plusieurs pays en Europe, en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Son enseignement porte sur l’ensemble des droits de l’homme dans leurs rapports au politique et à l’économie, en particulier les droits culturels et les droits économiques. Jusqu’en 2016, il a été le coordinateur de l’Institut Interdisciplinaire d’Éthique et de Droits Humains (IIEDH) de l’Université de Fribourg en Suisse. Il est actuellement le président de l’Observatoire de la Diversité et des Droits Culturels (programme de l’IIEDH créé en 2004) et de la Chaire UNESCO des Droits Humains et de la Démocratie de la même université. Il est un des principaux rédacteurs de la Déclaration des droits culturels, dite « Déclaration de Fribourg » (2007), qui clarifie à partir des instruments existants le contenu des droits culturels au sein du système universel et indivisible des droits humains.

haut


Sylvie Rouxel

Sylvie Rouxel est docteure en sociologie des faits culturels et artistiques et maîtresse de conférences en sociologie au Cnam. Ses orientations de recherche s'articulent autour de deux ancrages forts que sont d'une part les interventions artistiques territorialisées et d'autre part l'analyse des articulations et hybridations entre action culturelle et action sociale.

Par ailleurs, Sylvie Rouxel est responsable du parcours « insertion par la culture » de la licence professionnelle « sciences humaines et sociales, intervention sociale, insertion et réinsertion sociale » qui forme tous les professionnels intéressés par la coordination de projets collectifs en insertion au Conservatoire Nationale des Arts et Métiers.

haut


Agnès Chamayou-Douglas

Juriste de formation, Agnès Chamayou-Douglas est également diplômée d’un mastère spécialisé en développement durable. Après deux missions de plaidoyer au sein d’Action Contre la Faim et du Forum Européen des Personnes Handicapées, elle a rejoint l'association RESOLIS en 2013. Elle est passionnée de savate boxe française qu’elle a pratiqué en compétition.

haut


Quitterie Calmettes

De formation pluridisciplinaire en histoire et ethnologie, Quitterie Calmettes est docteure en aménagement du territoire. Son parcours professionnel s’est construit autour de questions de société. Elle a piloté de nombreux projets associatifs et territoriaux visant le développement social, urbain et culturel ; l’accès aux droits et à l’égalité des chances ; la participation des habitants et le maillage des acteurs. A chaque fois, il s’agissait de : articuler démarches individuelles et collectives, intégrer la complexité des représentations et des temporalités des personnes, s’inscrire dans des logiques d’écosystèmes et de partenariats. Elle est désormais chargée de mission "Précarité Paris" à la Fédération des Acteurs de la Solidarité Ile-de-France.

haut


Pauline Richez

Dans le cadre d'un Master professionnel "Innovations sociales et conduite de changement – économie sociale et solidaire" dispensé par le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam), Pauline Richez a mené, entre 2014 et 2016, une recherche sur les projets artistiques dans le travail social en partenariat avec la mission Culture et Citoyenneté d'Emmaüs Solidarité.

Co-fondatrice de l'association Partage & Vous, elle en coordonne les actions socioculturelles depuis 2017.

haut


Lou Cantor

Formée au Centre national de danse contemporaine d’Angers et aux danses africaines à l’Ecole des sables au Sénégal, Lou Cantor est danseuse contemporaine depuis 10 ans et travaille avec différentes compagnies. En 2018, elle a réalisé un projet de création avec des personnes accueillies au centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Sarcelles (Val d’Oise). Le spectacle Épopées a été présenté au festival "C’est pas du Luxe ! organisé par la Fondation Abbé Pierre, en septembre dernier, et a été rejoué au mois de janvier au Théâtre Paul Eluard (TPE) de Bezons.

haut


Nadia Thibault photo

Nadia Thibault

Nadia Thibault est éducatrice spécialisée et coordinatrice des projets socio-éducatives de l’accueil de jour « La boutique solidarité » à Gagny, en Seine-Saint-Denis. Cette structure de l’association Hôtel 93 accueille des adultes en situation de rue, en journée. Depuis plus de 20 ans, elle propose des activités culturelles, sportives et de loisirs comme des séjours de rupture. Nadia Thibault a développé une réelle expertise sur ces questions, considérant ces activités comme de véritables outils pour mieux rencontrer et accompagner les personnes, pour remettre de l’humain au cœur des pratiques sociales.

haut


Etienne Pinte

Maire de Versailles et Député des Yvelines pendant de nombreuses années, Etienne Pinte est Président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE) depuis 2010. Il y a créé le 8e Collège, dédié aux représentants des personnes en situation de pauvreté ou de précarité. Rattaché au Premier Ministre, le CNLE donne des avis, émet des propositions, anime des réflexions et lance toutes études utiles sur les questions de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Son rôle est aussi de garantir l’accès de tous aux droits fondamentaux : droit à l’emploi, au logement, à l’éducation, à la formation, à la santé, à la culture…

haut


Serge Saada photo

Serge Saada

Serge Saada est responsable du programme de formation à la médiation culturelle de l'association nationale Cultures du Cœur qui travaille sur l'accès à la culture pour les publics en situation d'exclusion. Il est maître de conférence associé au département de médiation culturelle de l'Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, il y enseigne la médiation culturelle et le théâtre. Il enseigne aussi à Paris I au sein du Master 2 intitulé "Le projet culturel dans l'espace public". Il est l'auteur de Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur (Éditions de L'Attribut). Il est co-rédacteur de l’ouvrage collectif Guide de la médiation culturelle dans le champ social (Les guides Tous bénévoles). Il a coordonné plusieurs ouvrages sur le théâtre contemporain et a été conseiller artistique de l'Académie Expérimentale des Théâtres plusieurs années.

haut


Emmanuel Négrier

Docteur en science politique, Emmanuel Négrier est directeur de recherche au CNRS-CEPEL (Centre d'études politiques de l'Europe latine) à Montpellier. Spécialisé sur les questions des festivals de musique, il a publié et co-dirigé de nombreux ouvrages sur les politiques culturelles.

haut


Marie Hatet

Marie Hatet travaille depuis vingt ans dans les secteurs de la culture, de l'éducation et de la prévention. Après avoir travaillé une dizaine d’années auprès des réseaux d’éducation populaire franciliens, elle rejoint en 2013 l'Association de prévention du site de la Villette où elle pilote notamment le projet d'éducation artistique et culturelle à dimension sociale "Parcourir la Villette" ainsi que l'expérimentation d'un chéquier culture à destination des populations les plus fragilisées. Elle est par ailleurs engagée dans plusieurs actions associatives promouvant la littérature pour la jeunesse, la création artistique, l'édition indépendante. Elle appréhende la culture comme un enjeu de développement social et politique et contribue, dans le cadre de ses différents engagements, à la mise en œuvre de démarches coopératives et pluridisciplinaires.

haut


Luc Pelletier

Luc Pelletier est attaché territorial, référent pour l'accessibilité et le champ social au MAC VAL - Musée d'art contemporain du Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine. Au sein de l'équipe des publics, il collabore à l'élargissement des publics et à leur rencontre par l'élaboration d'actions spécifiques et la création de partenariats avec les acteurs de l'éducation populaire, de la santé, de l'insertion, de l'enseignement et de la solidarité.

haut


Aurélie Martin photo

Aurélie Martin

Titulaire d’un Master professionnel de Juriste international de terrain – Droit humanitaire (2005), Aurélie Martin consacre depuis plus de 15 ans son activité professionnelle au service de l’intérêt général et plus particulièrement auprès des femmes vulnérables. Après avoir exercé au sein de différentes structures associatives luttant contre les violences faites aux femmes, elle intègre en 2012 le ministère des Droits des Femmes au sein duquel elle occupe le poste de « chargée de mission sport, culture et médias » dans l’objectif de favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes dans ces domaines. Depuis 2015, elle accompagne une vingtaine de fondations abritées à la Fondation de France et assure la responsabilité du programme Sport Santé Insertion de cette institution. Elle met en œuvre deux appels à projets spécifiques dédiés au sport : l’un ayant vocation à utiliser l’activité physique et sportive comme levier sur la problématique de l’insertion des jeunes filles dans les quartiers, l’autre favorisant l’inscription de l’activité physique comme outil au service du parcours de santé des malades en zone rurale. Elle conseille en stratégie les fondations sous l’égide de la Fondation de France sur les sujets de santé, d’insertion et de sport.

haut


Didier Coirint photo

Didier Coirint

Didier Coirint a dirigé des services et projets culturels dans différentes villes comme Lyon, Rennes ou Strasbourg. Il a notamment été en charge de la direction du développement des Biennales d’art contemporain et de la danse de Lyon et a également dirigé la Fête des lumières de Lyon.

Diplômé en droit international public et ancien élève du CELSA (Parsi Sorbonne), il est également titulaire d’un master de direction de projets culturels à l’institut d’études politiques de Grenoble, dans lequel il a également enseigné durant trois ans. Militant des droits culturels depuis plus de 10 ans, il a contribué à décliner les nombreux projets culturels dont il a eu la charge, à l’aune de cette nouvelle approche des politiques culturelles publiques.

haut


Bruno Morel

N.C

haut


Philippe Brégou

François Brégou

François Brégou, est, depuis septembre 2017, directeur opérationnel en charge du pôle « Précarité & Exclusion » Aux Captifs, la Libération. Il a préalablement exercé pendant 15 ans différentes responsabilités à la Fédération des Acteurs de la Solidarité où il a contribué à développer une expertise dans différents domaines, tant sur le plan des pratiques associatives que des politiques publiques (travail social, participation des personnes accueillies/accompagnées, hébergement, accès à la santé des personnes les plus démunies…). Il est également référent du groupe de travail « Culture/Sport/Loisirs » de la FAS-IdF.

haut


Lotfi Ouanezar

Lotfi Ouanezar a intégré la Fédération des Acteurs de la Solidarité Île-de-France (FAS-IdF) en 2009, où il a occupé le poste de chargé de mission coordination des acteurs de la précarité à Paris pendant 7 ans. Il a travaillé plus précisément sur la mise en place de réseaux locaux associant élus, associations et habitants dans plusieurs arrondissements parisiens. Il a rejoint en 2016 le cabinet de Mme Versini (adjointe de la maire de Paris en charge des solidarités, des réfugiés, de la lutte contre l’exclusion et de la protection de l’enfance) comme conseiller technique sur la lutte contre l’exclusion. En 2017, il a été nommé directeur adjoint de cabinet puis directeur de cabinet en juillet 2018.

haut