Espagnolades, les compositeurs français et l'Espagne

Posted in Conférences lettres & arts

Henri-Lucien Doucet (1856-1895)
Célestine Galli-Marié dans le rôle-titre de Carmen
1884, huile sur toile, 116 x 89 cm
Bibliothèque-Musée de l'Opéra de Paris

conçue et présentée par Benoît Duteurtre

Programme musical

Georges Bizet (1838-1875)

  • Carmen, opéra-comique en quatre actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d'après la nouvelle de Prosper Mérimée (1845)
    • Habanera ou séguédille pour soprano et piano 

Gabriel Fauré (1845-1924)

  • Dolly opus 56
    • Le pas Espagnol pour piano à 4 mains 

Jacques Offenbach (1819-1890)

  • La Périchole (1868), opéra-bouffe en deux actes sur un livret de Ludovic Halévy et Henri Meilhac d'après la comédie de Prosper Mérimée Le carrosse du Saint-Sacrement (1828)
    • “Le conquérant dit à la jeune indienne” (acte 1) pour soprano, ténor et piano
  • Les Brigands (1869), opéra-bouffe en trois actes sur un livret de Ludovic Halévy et Henri Meilhac
    • air de Gloria Cassis (acte 2) : “Jadis vous n’aviez qu’une patrie” pour ténor et piano 

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

  • Havanaise pour violon et piano opus 83

Claude Debussy (1862-1918)

  • Estampes (1903)
    • La Soirée dans Grenade pour piano

Francis Poulenc (1899-1963)

  • Toréador pour soprano et piano (1918) 

Emmanuel Chabrier (1841-1894)

  • España pour piano à quatre mains (1883) 

ainsi que des documents sonores et audiovisuels

Interprètes
  • Pauline Sabatier mezzo-soprano
  • Rémy Mathieu ténor
  • David Petrlik violon
  • Guillaume Bellom, Ismaël Margain piano
causerie du 6 juin 2019

Biographies

Benoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est né à Sainte-Adresse, près du Havre. Il a grandi non loin des écrivains qu'il aime : Flaubert, Maupassant ou Alphonse Allais. Passionné de musique, il a d'abord gagné sa vie en jouant du piano.

Son premier texte est paru dans la revue Minuit en 1982. De Tout doit disparaître (1992) à Gaieté parisienne en passant par Drôle de temps et Les Malentendus, ses romans racontent avec humour la France contemporaine. En 2001, il obtient le Prix Médicis pour Le Voyage en France. Ses livres plus récents s'aventurent parfois aux frontières du réel : Service clientèle, La Cité heureuse et La Petite fille et la cigarette (2005), ont été traduits dans plus de vingt langues. Les Pieds dans l'eau (2008), puis Ballets Roses (2009) et Livre pour adultes (2016) explorent une veine plus autobiographique. La plupart de ces ouvrages sont parus chez Gallimard ou chez Fayard.

Benoît Duteurtre écrit régulièrement dans Marianne, Le Figaro Littéraire, L'Atelier du Roman. Ses chroniques ont été rassemblées dans Ma Belle Epoque (2007). Il a suscité une vive polémique par son essai Requiem pour une avant-garde (1995), avant de fonder avec Marcel Landowski l'association Musique Nouvelle en Liberté qui soutient les jeunes compositeurs. On lui doit également une histoire de L'opérette en France et des documentaires pour la télévision. Depuis dix ans, il anime sur France Musique une émission au succès jamais démenti : Étonnez-moi Benoît.

Au théâtre, Benoît Duteurtre est l'auteur de Viva l'opéra comique qui a connu un vif succès salle Favart en 2004. Il a également signé l'adaptation de Véronique présentée en 2008 au Châtelet. Une nouvelle édition de L'Opérette en France est parue chez Fayard fin 2009.


Pauline Sabatier mezzo-soprano

Pauline Sabatier commence sa formation au sein de la "Maîtrise de l’Opéra de Lyon" et étudie parallèlement le piano et la danse contemporaine. En 2002, elle intègre la classe de Gary Magby au sein de la Haute Ecole de Musique de Lausanne dont elle sort diplômée en 2007. Elle se perfectionne en "Master-Class" à Lausanne, Verbier et Royaumont auprès de Christa Ludwig, Edda Moser, Françoise Pollet, Michel Sénéchal, Thomas Quasthoff et Roger Vignoles. Pauline est lauréate des bourses Mosetti et Niccati-de-Luze.
En 2007, elle est invitée à intégrer pour deux saisons l’Opéra-Studio de "l’Opéra National du Rhin". Elle y abordera les rôles de Rosine, Mélisande, Concepcion, Béatrice, Chérubin ou Dorabella.

En 2009, l’ADAMI décerne à Pauline Sabatier le prix "Révélation Jeune Artiste Lyrique" et en 2010 est également prime au concours de chant de Béziers.
Son vaste répertoire lyrique comprend aussi bien Mozart (Noces de Figaro), Massenet (Thaïs), Debussy (Martyre de Sant-Sébastien), Offenbach (La vie parisienne), Rossini (La Cambiale di Matrimonio), Verdi (Traviata), Chabrier (Une éducation manquée) que la musique sacrée de Bach, Mozart et Duruflé.

Pauline Sabatier a chanté notamment sous la direction de chefs tells que: Jean-Claude Malgoire, Marc Minkowski, Michel Tabachnik, Paolo Arrivabeni, Gabrielle Ferro, Kaspar Zehnder, Jean-Yves Ossonce, Michael Schønwandt, Benjamin Levy et Emmanuel Joel-Hornak, dans des mises en scène d’Elsa Rooke, Bernard Pisani, Jérome Savary, Arnaud Bernard, Philippe Arlaud, Jean-Philippe Clarac, Olivier Deloeuil,  François de Carpentries, Alexandra Lacroix, Nadinne Duffaut, Omar Porras et Jean-Paul Scarpitta.


Rémy Mathieu ténor

Originaire de Nice,  Rémy Mathieu débute le chant à l'âge de 7 ans et entre dans la maîtrise des Petits Chanteurs de Monaco. Il y restera 11 ans. Il fait ses études au Conservatoire de Nice puis au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSMD) de Lyon où il intègre à 18 ans la classe de Françoise Pollet et Hélène Lucas. Dans le cadre du programme d'échange ERASMUS, il travaille une année avec le ténor Francesco Araiza à Stuttgart . Il obtient son master en 2013.
Au cours de son cursus, il participe à de nombreuses masterclasses avec Alain Garichot, Christan Immler, Udo Reinemann, Françoise Leroux, Rosemary Joshua, Jean Paul Fouchécourt ou encore Thomas Moser et Félicity Lott.

Rémy Mathieu fait ses premiers pas comme soliste en juillet 2010 avec l'ensemble Justinana dans Renard de Stravinsky (Coq). Il se produit par la suite dans West side story de Leonard Bernstein avec les Solistes de Bernard Tétu dans le rôle de Tony. Il participe à de nombreux concerts autour des Passions et des Cantates de Bach. 

En septembre 2012 , encore étudiant au CNSMD il intègre le studio de l'opéra de Lyon. La même année, il chante dans la Cambiale del Matrimonio de Rossini (Eduardo) à l’opéra de Versailles. Suivra dans le cadre du studio de Lyon le rôle de Moustique dans La petite Renarde Rusée de Léos Janaek à l’opéra de Lyon.
Encore étudiant, Olivier Py l’engage sur la production de Claude, de Thierry Escaich /Robert Badinter, une première mondiale à l’opéra de Lyon où il sera remarqué par la presse et les professionnels. A la suite de cet opéra et de la rencontre avec Thierry Escaich, ils montent un programme de concert qu'ils interprètent lors du festival de musique et du livre de Deauville. 
Raymond Duffaud le sélectionne pour participer au Tremplin 2013 des jeunes Talents à l’opéra d’Avignon. La même année, il est nommé Révélation classique de l’ADAMI.

Il est également invité pour le rôle de Monostatos dans La Flûte enchantée signée Pierrick Sorin, puis il participe au Dialogue des Carmélites de Christophe Honoré à l'opéra de Lyon .
L'opéra de Lyon et EMI l'engagent pour donner la réplique à Joyce Di Donato lors de l'enregistrement de son nouvel album. Fin 2013, il est le Laerte dans Hamlet d’Ambroise Thomas au théâtre de la Monnaie à Bruxelles dans une nouvelle production d’Olivier Py sous la direction de Marc Minkovski.

Début février 2014, il interprète le rôle Martin dans Tenderland d’Aaron Copland dans le cadre du studio de l'opéra de Lyon. Il participe également à l’académie du festival d’Aix en Provence pour la Résidence Mozart. L’année 2014 est également ponctuée par plusieurs concerts notamment à l'opéra de Limoges avec les lauréats du concours Paris Opéra compétition, aux Invalides et Radio France. Il se produit aussi à l'opéra de Marseille dans la version concertante de Moise et Pharaon sous la direction musicale de Paolo Arrivabeni.
En 2015 il chante la partie de ténor solo dans la Petite messe solennelle de Rossini (Invalides Paris), le rôle du Comte Albert dans la Ville mort de Korngold à l'opéra de Nantes et Nancy, le rôle d' Oebale dans Apollon et Hyacinthe de Mozart (Hostel Dieu Lyon), la messe en ut mineur de Mozart avec l'orchestre régional Avignon-Provence.
Il est Roland dans les Chevaliers de la table ronde (opéras de Bordeaux, Nantes, Massy, Toulon, Venise) 
Ses projets futurs : Laerte dans Hamlet et Piquillo dans La Périchole (opéra de Marseille), Guiseppe dans Traviata et le messager dans Aida (Chorégies d'Orange) Ferrando dans Cosi fan tutte (opéra de Massy) Siebel dans Faust (Opéra d'Avignon).


© Yannick Coupannec

David Petrlik violon

En 2015, il obtient son master au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse (CNSM) de Paris avec les félicitations et poursuit sa formation dans le cycle d’excellence « Konzertexamen » à l’université des Arts de Essen. La même année, il participe à la Seiji Osawa International Music Academy de quatuor à cordes en Suisse, où il côtoie et joue avec des musiciens tels que Pamela Franck, Nobuko Imaï, Sadao Harada et Seiji Ozawa, son fondateur.

L’année 2016 est une étape importante dans sa jeune carrière : David est sélectionné par Gidon Kremer pour participer au programme « Chamber music connects the world » et joue avec Steven Isserlis, Christian Tetzlaff et Gidon Kremer.      

Parallèlement à ses études, David remporte des premiers prix aux concours internationaux Kocian (Répuplique Tchèque), Flame (Paris), il est lauréat du concours Jasha Heifetz (Lituanie), Ginette Neveu (France), avec, à deux reprises, le prix du public, ainsi que du concours Lipizer (Italie), où il obtient le prix spécial pour la pièce virtuose. En 2017, David est lauréat du concours Felix Mendelssohn à Berlin et du prix "André Hoffmann" pour la meilleure interprétation de la pièce de M. Toshio Hosokawa avec Alexandre Kantorow au festival Les Sommets Musicaux de Gstaad. David est aussi le lauréat de la Fondation Safran, de l’Adami et de la bourse Huguet-Bourgeois de la Fondation de France. Il vient récemment d’être nommé « Génération Spedidam ».

Ces différentes distinctions lui permettent de se produire lors de récitals dans plusieurs pays européens et en tant que soliste avec le Prague Radio Symphony Orchestra, le Kremerata Baltica, l’orchestre philarmonique classique de Bonn, le Staatorchester Rheinische Philharmonie, le Mannheim Chamber Orchestra, l’orchestre d’Auvergne, le Moravian Philharmonic Orchestra Olomouc, l’orchestre philarmonique de Pardubice, l’orchestre philarmonique du Maroc, le Kaunas City Symphony Orchestra, l’orchestre lyrique du théâtre d’Avignon et l'orchestre de Caen...  David s’est produit en tant que concertiste dans les plus prestigieuses salles de concerts et festivals comme la Grande Salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris, l'Auditorium du Louvre à Paris, l'Auditorium de La Seine Musicale à Paris, le Victoria Hall à Genève, le Smetana Hall à Prague, la Fondation Louis Vuitton à Paris, le National Philarmonic Hall à Vilnius, le Peterhouse Theatre à Cambridge, le Beethoven Hall à Bonn, lefFestival de la Roque d’Anthéron, le Bratislava Music Festival, le festival de Pâques et l’Août musical de Deauville, le festival de la Chaise-Dieu, le Ffestival Printemps des Alizé et le festival du Périgord Noir.

Ayant à cœur un désir de qualité et d’expressivité il suit les conseils avisés de Vadim Repin, Léonidas Kavakos, Pinchas Zukerman, Vadim Gluzman, le trio Wanderer et Christian Ivaldi à l’occasion de différentes masterclasses.

Il a joué également en musique de chambre avec des musiciens tels que Nicholas Angelich, Gidon Kremer, Philippe Jaroussky, Steven Isserlis, Christian Tetzlaff, Karine Deshayes, Jean-Frédéric Neuburger, Itamar Golan, Marc Coppey, Claire Désert, Eric Le Sage, Boris Garlitsky, Emmanuel Strosser, François Salque, Jonas Vitaud, Raphaël Sévère, Amaury Coeytaux, Guillaume Bellom, Vassily Sinaïsky, Laurent Martin and Thomas Hoppe... 

En 2016, David reçoit le prix André Boisseaux qui lui permet d'enregistrer son premier disque avec Itamar Golan au piano, ce disque paraîtra au Label Soupir en septembre 2017 avec un programme de musique française composé de C. Debussy, O. Messiaen, P. Boulez et M. Ravel.

David est également le violoniste du trio Messiaen, aux côtés de Volodia van Keulen et Théo Fouchenneret. Le trio a remporté en 2018 le 1er Prix du Concours international de musique de chambre de Lyon, ainsi que 5 prix spéciaux, permettant aux jeunes musiciens d’enregistrer un disque consacré au Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen et aux Court Studies from the Tempest de Thomas Adès, paru en 2018 pour le label Mirare.

David est en résidence à la fondation allemande Villa Musica Rheinland-Pfalz qui lui prête l’instrument qu’il joue actuellement : un violon de Petrus Guarnerius de 1702 ex Schubert.  

Il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac avec le trio Messiaen.


© Claude Doaré

Ismaël Margain piano

Ismaël Margain est né en 1992 à Sarlat où il entame sa formation musicale (piano, flûte, saxophone, jazz et écriture) jusqu'à son admission à l'unanimité au Conservatoire national supérieur de musique et de Paris. Il y travaille avec Jacques Rouvier, Nicholas Angelich, puis Roger Muraro.

Lauréat du concours international "Génération SPEDIDAM 2011" sa version du concerto n° 4 de Beethoven, primée par Aldo Ciccolini, l'amène à se produire au Touquet International Music Masters 2012 dans le concerto en sol de Maurice Ravel. Mais c'est au concours international Long-Thibaud 2012 que le grand public découvre Ismaël: accompagné par l'orchestre philharmonique de Radio France avec lequel il joue le concerto n° 23 de Wolfgang Amadeus Mozart et obtient le prix du public et le 3e grand prix Marguerite Long.

Il est invité aux festivals de Pâques et Août à Deauville, Chopin à Paris, au Bel-Air Claviers Festival, Pablo Casals de Prades, aux Vacances de Monsieur Haydn, à Piano aux Jacobins à Toulouse. En 2014 il joue les deux concertos de Ravel avec l'orchestre philharmonique de Nice.

Il remporte le 1er prix au concours de la Société des Arts à Genève en 2012, puis il se produit en Allemagne au Klavier Festival Ruhr, en Suisse et en Bulgarie dans le 2e concerto de Chopin, et part en tournée en Amérique Latine et aux Etats-Unis pour une série de récitals, concertos et masterclasses.

Ismaël Margain est artiste résident de la fondation Singer-Polignac, lauréat du prix de la Yamaha Music Foundation of Europe lauréat de la Fondation Banque Populaire. Il forme un duo de piano avec Guillaume Bellom avec lequel il a enregistré deux disques à quatre mains consacrés à Schubert et Mozart (Aparté) puis Deux pianos pour le label B Records en 2018. Pour ce même label sont également parus un disque consacré à Mendelssohn enregistré en 2014 à Deauville ainsi que son premier disque solo consacré à Schubert également enregistré en live à Deauville paru en mars 2017.

Ismaël est artiste associé en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.


Guillaume Bellom piano

Guillaume Bellom a un parcours atypique, menant des études de violon parallèlement au piano, depuis le conservatoire de Besançon jusqu’au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. C’est au contact de personnalités musicales marquantes, telles que Nicholas Angelich et Hortense Cartier-Bresson, qu’il développe pleinement son activité de pianiste.

Finaliste et prix “Modern Times” de la meilleure interprétation de la pièce contemporaine lors du concours Clara Haskil en 2015, il se révèle lors de cet événement dédié à la pianiste roumaine, elle-même violoniste à ses heures. La même année, il remporte le premier prix du concours international d’Épinal et devient lauréat de la fondation L’Or du Rhin, avant de remporter le prix Thierry Scherz des Sommets musicaux de Gstaad l’année suivante. Le grand public le découvre lors des Victoires de la Musique 2017, où il est nommé dans la catégorie “révélation soliste instrumental”.

Guillaume s’est produit en soliste avec l’orchestre de chambre de Lausanne, la Camerata du Léman, l’orchestre national de Lorraine, sous la direction de Jacques Mercier et Christian Zacharias. Par ailleurs, il joue régulièrement dans le cadre du festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du festival international de piano de la Roque d'Anthéron, de Piano aux Jacobins, des festivals de Pâques et de l’Août Musical de Deauville, du festival des Arcs, des Vacances de Monsieur Haydn, du Palazzetto Bru Zane à Venise, ou encore du Centre de Musique de Chambre de Paris à la salle Cortot, avec des artistes tels  Renaud Capuçon, Amaury Coeytaux, Nicolas Dautricourt, Philippe Cassard, Paul Meyer, Yan Levionnois, Victor Julien-Laferrière ou encore Antoine Tamestit.

Sa discographie comporte deux albums dédiés aux œuvres pour quatre mains de Schubert (ffff Télérama) et Mozart, enregistrés avec Ismaël Margain pour le label Aparté, ainsi que Deux pianos pour le label B Records en 2018, un disque en sonate avec le violoncelliste Yan Levionnois, paru en 2017 pour Fondamenta, et un disque en solo paru chez Claves la même année, consacré à Schubert, Haydn et Debussy.

Guillaume est artiste associé en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.