Lettre de Gabriel Fauré à la Princesse de Polignac n°27

Évaluer cet élément
(0 Votes)

(Fin juillet-début août 1891 ? non daté)

Chère Princesse,

Je vous avais écrit et j'ai eu bien de la vraie peine que vous m'ayez parlé d'oubli et d'indifférence !!

Non, je ne puis pas, je ne puis pas aller à Bayreuth ! Vous ne savez pas, vous, très heureuse, ce que c'est que de ne pouvoir pas ce qu'on voudrait le plus au monde !

Et comme je vous adore, moi, je suis heureux que parmi tous les chagrins qu'il faut éprouver nécessairement, vous n'ayez pas, du moins, celui-là !

Je ne puis pas vous dire que je vais bien. J'ai dû me remettre entre les mains de l'homme aux régimes sévères mais justes ! J'ai eu des maux de tête horriblement journaliers et douloureux !

J'ai séché devant les vers de Samain : tout ce qui est venu est non avenu pour cause de mauvaise conformation !

Les douleurs de l'humanité m'ont trouvé froid, peut-être à cause des miennes propres ! mais pour faire oeuvre d'artiste, il faut sortir de soi et je vais m'y essayer ! le problème est tentant et la part qui me fait le poète d'accord avec vous, plus poète que lui encore, est des plus séduisantes ! les notes dansent devant mes yeux mais ne se laissent pas encore prendre ! C'est ainsi que fut toujours certaine belle princesse, la plus séduisante, la plus inconnue, à Venise, à Florence, à Paris !

N'allez pas me dire que ce n'eut pas été comme cela à Bayreuth car, malgré toute ma respectueuse tendresse, je ne vous croirais pas ! pardonnez-moi ! Quand vous reviendrez j'espère pouvoir vous montrer l'oeuvre dans son commencement ! J'en suis malade de peur de ne pas bien réussir !

M'écrirez-vous à la Madeleine ?

Votre bien véritablement affectionné et très reconnaissant

Gabriel Fauré.

Informations supplémentaires - sur cette lettre

  • Lettre de: Gabriel Fauré
  • Lettre à: Princesse de Polignac
  • Type lettre: Lettre
  • Année: 1891
  • Date lettre: 1891-08-01
  • Notes lettre:

    2 Albert Samain avait été pressenti pour prendre la relève de Maurice Bouchor. En janvier 1892, il écrit 750 vers, que Fauré déteste immédiatement ! Samain est resté inédit, et la Princesse a été un peu déçue.

  • Images lettre: wsp_gabriel_faure_027_01.jpg,wsp_gabriel_faure_027_02.jpg,wsp_gabriel_faure_027_03.jpg,wsp_gabriel_faure_027_04.jpg