Lettre de Louise de Vilmorin à la Princesse de Polignac n°164

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pudmerice. près Bratislava, Tchécoslovaquie.

15 janvier 1938.

Dearest Princesse,

C’est la veille de mon départ de Paris que votre lettre contenant le cadeau tant apprécié m’est parvenue, chez Elisabeth. Merci, merci encore une fois de tout mon coeur. Je ne vous dirai jamais assez ma gratitude pour chaque geste que vous avez eu à mon égard, et pour chaque pensée que vous m’avez témoignée au cours de ces dernières années. Je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de vous prouver ma tendresse, et mon fidèle attachement. Toute une vie trop pleine de grands soucis, de petits plaisirs, et d’agitation souvent bien futile, m’a tenue éloignée de ceux que j’aime vraiment. Maintenant que je suis installée dans mes nouvelles terres de Slovaquie, toutes recouvertes de neiges intimes, pour les bouquetes intimes d’un amour si beau, j’espère que vous viendrez nous voir longuement, et que je pourrai, enfin, être et agir d’accord avec mon coeur. Pali et moi sommes au comble du bonheur. Aucun nuage ne traverse notre ciel, et je ne vois pas ce qui, à nos âges, et après les expériences que nous avons eues l’un et l’autre, pourrait altérer nos sentiments ou porter atteinte à la décision que nous avons prise de ne plus nous quitter. On a toujours raison d’être heureux, et, si j’ose ainsi dire, le bonheur est une preuve que l’on a bien fait. Elisabeth, qui était hier encore à Budapest, nous a parlé par téléphone. Il paraît que tout le monde s’occupe toujours beaucoup de notre mariage, et en général, on désapprouve. Nous y attachons d’autant moins d’importance que nous sommes décidés à faire un grand succès de notre union.

Pali qui tient ses promesses vous envoie aujourd’hui le livre sur Salzbourg qu’il vous a promis lors de son passage à Paris. Il m’en a lu des passages, et c’est follement amusant. Nous sommes ici, sans bouger, pour tout l’hiver. Peut-êtrre irons-nous passer une semaine à Paris au début de février si Pali y est appelé pour ses affaires. Dans ce cas là, notre première visite sera pour vous. Pali ajoute ses hommages aux mille tendres baisers que je vous envoie.

Respectueusement et fidèlement vôtre

Loulou

Informations supplémentaires - sur cette lettre

  • Lettre de: Louise de Vilmorin
  • Lettre à: Princesse de Polignac
  • Type lettre: Lettre
  • Année: 1938
  • Date lettre: 1938-01-15
  • Images lettre: wsp_louise_de_vilmorin_164_01.jpg,wsp_louise_de_vilmorin_164_02.jpg,wsp_louise_de_vilmorin_164_03.jpg,wsp_louise_de_vilmorin_164_04.jpg